NAVIGATION DE SAINT MAËL 

 

La Légende Dorée armoricaine abonde  en miraculeuses navigations de vieux saints, emportés dans des auges de pierre vers des terres à évangéliser. Anatole FRANCE a visiblement transposé ces récits dans  cette Navigation de saint MAËL  sur l'Océan de Glace. Mais Maël a péché contre la foi en laissant le diable gréer son auge. De là son naufrage qui va servir l'ironie de l'auteur, ironie qui n'est jamais plus subtile que lorsqu'elle emprunte la naïveté des  vieux hagiographes.

Pour les Petits et les Grands, à lire, au coin du feu !

***

 

BARDSEY_ISLAND_

 

Bardsey island où le Saint aurait finit ses jours

 

Le Diable, s'étant trousé jusqu'aux aisselles, traîna l'auge sur le sable et la gréa en moins d'une heure.

Dès que le saint homme Maël se fut embarqué, cette cuve, toutes voiles déployées, fendit les eaux avec une telle vitesse que la côte fut aussitôt hors de vue. Le vieillard gouvernait au  sud pour doubler le cap Land's End. Mais un courant irrésistible le portait au Sud-Ouest. Il longea la côte méridionale de l'Irlande et tourna brusquement vers le septentrion. Le soir, le vent fraîchit. En vain,  Maël essaya de replier la toile. La cuve fuyait éperduement vers les mers fabuleuses.

A la clarté de la lune, les sirènes grasses du Nord, aux cheveux de chanvre, vinrent soulever autour de lui leurs gorges blanches et leurs croupes roses ; et, battant de leurs queues d'émeraude la vague écumeuse, elles chantèrent en cadence :

Où cours-tu, doux Maël, 

Dans ton auge éperdue ? 

Ta voile est gonflée

Comme le sein  de Junon 

Quand en jaillit la Voie Lactée.

 

Un moment elles le poursuivirent, sous les étoiles, de leurs rires harmonieux. Mais la cuve fuyait plus rapide cent fois que le navire rouge d'un Viking. Et les pétrels, surpris dans leur vol, se prenaient les pattes aux cheveux du saint homme.

Bientôt une tempête s'éleva, pleine d'ombre  et de gémissements, et l'auge, poussée par un vent furieux, vola comme une mouette dans la brume et la houle. Après une nuit de trois fois vingt-quatre heures, les ténèbres se déchirèrent soudain. Et le saint homme découvrit àl'horizon un rivage plus étincelant que le diamant. Ce rivage grandit rapidement, et bientôt, à la clarté glaciale d'un soleil inerte et bas, Maël vit monter au-dessus des flots une ville blanche, aux rues muettes, qui, plus vaste que Thèbes aux cent portes, étendait à perte de vue les ruines de son forum de neige, de ses palais de givre, de ses arcs de cristal et de ses obélisques irisés.

L'océan était couvert de glaces flottantes, autour desquelles nageaient des hommes marins au regard sauvage et doux. Et Léviathan passa, lançant une colonne d'eau jusqu'aux nuées.

Cependant, sur un bloc de glace qui nageait de conserve avec l'auge de pierre, une ourse blanche était assise, tenant son petit entre ses bras, et Maël l'entendit qui murmurait doucement ce vers de Virgile : " Incipe parve puer . " 

Et le vieillard plein de tristesse et de trouble, pleura.

L'eau douce avait, en se gelant, fait éclater le baril qui la contenait. Et pour étancher sa soif, Maël suçait des glaçons. Et il angeait son pain trempé d'eau salée. Sa barbe et ses cheveux se brisaient comme du verre. Sa robe, recouverte d'une couche de glace, lui coupait à chaque mouvement les articulations des membres. Les vagues monstrueuses se soulevaient et leurs mâchoires écumantes  s'ouvraient tyoutes grandes sur le vieillard. Vingt fois des paquets de mer emplissaient l'embarcation. Et le livre des sainte Evangiles, que l'apôtre gradait précieusement sous une couverture de pourpre marquée d'une croix d'or, l'océan l'engloutit.

Or, le centième jour, la mer se calma. Et voici qu'avec une effroyable clameur du ciel et des eaux, une montagne d'une blancheur éblouissante, haute de trois cents pieds, s'avance vers la cuve de pierre. Maël gouverne pour l'éviter ; la barre se  brise dans ses mains. Pour ralentir sa marche à l'écueil, il essaye encore de prendre des ris. Mais, quand il veut nouer les garcettes, le vent les lui arrache, et le filin s'en échappant lui brûle les mains. Et il voit trois démons aux ailes de peu noire, garnies de crochets, qui, pendus aux agrès, soufflent dans la toile.

Comprenant à cette vue que l'Ennemi l'a gouverné en toutes ces choses, il s'arme du signe de la Croix. Aussitôt un coup de vent furieux, plein de sanglots et de hurlements, soulève l' auge de pierre, emporte la mâture avec toute la toile, arrache le gouvernail et l'étrave.

Et l'auge s'en fut à la dérive sur la mer apaisée. Le saint homme, s'agenouillant, rendit grâce au Seigneur qui l'avait délivré des pièges du démon. Alors, il reconnut, assis sur un bloc de glace, l'ourse mère qui avait parlé dans la tempête. Elle pressait sur son sein son enfant bien - aimé, et tenait à la main un livre de pourpre marqué d'une croix-d'or. Ayant accosté l'auge de granit, elle salua le saint homme par ces mots : Pax tibi, Maël.

Et elle lui tendit le livre.

Le saint homme reconnu son évangéliaire et, plein d'étonnement, il chanta dans l'air tiédi une hymne au Créatuer et à la création.

§

 

ANATOLE FRANCE 

L'Île des Pingouins 

Proses de Mer - L'Homme devant l'Océan - 

Durel Editeur  / 1949 

Présenté par R. VERCEL