Le drame de la mer
L’inquiétude de la mer
toujours
toujours
au-dedans de nous.
La mer !
Elle qui ceint nos îles
et les tient captives
rongeant les rochers de nos îles
laissant l’émail de son salpêtre sur les traits des pêcheurs
grondant sur les sables de nos plages
sa voix souffletant les montagnes,
berçant les barques de bois qui longent ces rivages.
La mer !
Aux lèvres elle met des prières
laissant aux yeux de ceux qui sont restés
la nostalgie résignée des pays lointains
qui nous parviennent par le truchement des illustrés
et des bandes cinématographiques
et dans cet air d’autres climats qu’ont les passagers
quand ils débarquent pour voir la pauvreté du pays !
La mer !
C’est l’espérance de la terre lointaine
qui peut-être jamais n’arrivera !
La mer !
Nostalgies des vieux marins contant des histoires d’autrefois
histoires de la baleine qui un jour renversa le canot
de beuveries, de rixes, de femmes,
dans les ports étrangers…
La mer !
Au-dedans de nous
dans le chant de la morna
dans le corps des filles brunes
dans les cuisses agiles des Noires,
dans le désir de voyage qui peuple les songes de tant d’êtres humains !
Ce geste d’invite qu’à toute heure
nous fait la mer vers l’évasion
ce désespoir de l’envie de partir
alors qu’il nous faut rester
!
Jorge BARBOSA _  (Cap-Vert, 1902-1971) _ 
Poésie d’Afrique au sud du Sahara )

barque_rouge_4

TOILE / DENIS LAROUCHE