MARILLION -  REAL TEARS FOR SALE - 

 

Une année aura passé !  dix ans auront distancé le Tsunami qui ravagea les côtes de l'Océan Indien et de l'Indonésie. Nous aurions vu le temps, et  le climat sévir, arborer de terribles caprices, rendu fous et intransigeants quant à nos libertés inconsidérées de conquérants aveugles et de l'inutile  ...

A travers cet humble portail consacré à la mer, des messages, des textes, des pensées, des auteurs, des images, la nature,  tant de réflexions sur le Temps, bien d'autres choses aussi en musique que les jours avalent comme le vent dispersent les feuilles de l'automne, comme les rafales effanent la crête des vagues, au comble du jeu, de l'émotion, de la beauté, de l'amitié, des fleurs ! 

Rien ne saurait mieux que la poésie, le chant, la musique, le geste, dire et cerner l'amour que les hommes vouent à  la mer et à la terre, aux compagnons d'aventure qui nous exhortent à les préserver, à les aimer comme on aime tout simplement l'existence, la Planète qui nous porte et nous reçoit, l'espace d'un rêve toujours insensé et sublime.

Tant d'autres espaces et pans de vie seraient à découvrir, à parcourir, à ébaucher, pour que notre regard sur la mer magnifie celui que nous portons vers l'azur, toujours plus loin, plus profondément, vers un horizon à nul autre pareil que celui  qui nous lie depuis la nuit des temps aux bleuités d'une liberté à fleur d'eau.

Allégorie joyeuse du départ et du retour que les spires du vent et de l'ellipse de verre inlassablement imaginent et recomposent  au bord de la mer, sur le rivage, vers l'autre rive et   que subliment aisément le rêve et le vaste poème de la folie, de l'enfance à jamais qui ne sombrerait ! 

Une année s'écoule comme le ruisseau à la mer  se rend et de ne jamais tarir, fût-il dans le souvenir des métamorphoses et des plus simples choses, dans le vol des nuages qui  mûrissent leur migration  comme des flamands, là-bas, dans le firmament et l'Empyrée des Cyclades, aux colonnes d'Hercules, vers la Lumière ... 

Et de ne jamais plus semer l'amer et le désespoir sur la mer endeuillée recueillant en son sein les désespérés de l'exil fuyant l'opprobre et la torture...

Ainsi d'un grand et beau voyage à travers la Grande Mer, la Grande Bleue, en espérant que jamais, Ô grand jamais,  elle ne finisse pareille aux étendues salées et fendues de la mer d'Aral

!

CORSICA...GO56

 

MATHIEU DANS LE VENT FORT  / SW  _  TESTARELLA

 

MATHIEU_II_