Le Ponant, comme un mythe qui surgit d'une  hypothétique mémoire " collective ", si tant est que celle-ci se prête à la vulgarisation, au sens commun ! Le Ponant, ce vent à la fois lumineux et profond, lourd et dense tel le verre ... Mais plus encore, ce vent enivrant et limpide qui ne cesse de  purifier l'azur et le flot. On pourrait aisément penser que la froidure de l'air parfait l'aspect  hyalin des vagues. L'écume, à travers moires et iridescences, ne laisse plus  d'orner la surface d'une mer sans pareille. Tout n'est que complétude, immensité, horizon, appel du large, écho et plain-chant. Rien ne saurait entacher les desseins de l'Univers emmenés entre la lumière du jour et les attentes de la nuit

!

MARIN 

DSC07678

 

Émerge tout comme le grain
Au champ s'éveille    dès l'aube
Et qui plus jamais ne meurt
Grave en ce lointain regard
Le fruit de l'éternel    L'instant
Joue à se cacher et mûrit
Tu mises las et sans appel
Le dictamen de ta conscience

  

PARAPHE_

 

Sans l'ombre d'un soupçon
Par les ailes de l'allégeance
Va marin appose ce paraphe
Qui sur la paupière  des vagues
Fonde  fidélité et vérité
La mer et la terre euphoniques
T'ont depuis longtemps veillé
Comme la mère   son premier né

 

DSC07690__2_