Regarder la mer ; silence, comme l'océan d'un seul regard ! mais ô combien évocateur ... Des mots, pourquoi faire, est-ce bien utile ou tout simplement incongru ? Dire la mer, l'Océan, tenter quelques bribes, franges de poésie si tant est que les mots, ivres de flots et d'azur se laissent charmer et   dérivent au gré du vent, des étoiles, d'une pensée que berce l'éternel ! Alors, peut-être oser, à contre sens de la raison, comme marées et courants dressent les plus belles vagues

 

 

JASON_CHILDS

Photo 

Jason Childs Photography

 

 

Mer souveraine
Des immensités
Immaculées
Encore plus vaste 
Que tous les ciels 
Merveilleux calice
Qui les eût happés
Et béni les terres
D'azur et de rosée
Mer souvenance

Ton alme semblance 
Aux nues des blancs 
sommets  et des névés 
Farde le jour 
Rayonne
La nuit
Plonge avec toi
En s'illunant
Dévale fascinante

Depuis le toit du monde
Vertige et mystère
Convolent et parfont
Sans rien nommer
De raison ni de loi
Ton fabuleux Éden
A l'orée de tout être
Éminemment précieux 
Au-delà des saisons 
Engendre comme il  fleurit

Est-ce un rêve
Égaré dans le silence
De la foi 
Une illusion de toujours
Qui brasille
Quand il suffit
D'un seul regard 
Pour embrasser
Tes dives promesses

Un sidéral dessein
Où toutes les étoiles
Nous destinent    En toi 
Qui s'accomplissent
Puis s'abîment 
Depuis l'infini 
D'un grain de sable
D'une goutte d'eau
D'un souffle de vent
Et puis renaissent

Mer des vastités
Primaires     Océan
Ciel sans limites
La terre eût basculé
Et voilà l'Ether comblé
Le monde à nouveau
Imaginé
Et de nous semences
Par myriades 
Parsemées
Neigeant en pluie
De songe       Étrange 
Éternité que la mer
Lumineuse  toujours  en enfance 
Qui voyage et rajeunit

§

" Il suspend la terre  sur rien " 

( Le Livre de Job 26 : 7 ).

 

STUART_GIBSON

Photos  

Home - Stuart Gibson Photographer – +61 3 418 505 527

 

" ... La terre eût basculé
Et voilà l'Ether comblé
Le monde à nouveau
Imaginé  "

***