STREMU_PUMONTI_II_

 

Bien plus fréquent que l'on pense, pour ainsi dire toutes les fois où le Ponant à l'Île de Corse donne l'accolade ! plus fort et régulier, il est vrai aux environs du Solstice et  des frimas  tempétueux de la lune  de Janvier ... Et de regarder monter depuis le tombant quelques ondes messagères de la lointaine Tramontane, du Mistral ! Il est aussi vrai qu'en ces lieux oubliés ou ignorés des contemporains, la solitude rime avec le brisant, et l'écume, comme un manteau lactescent, sur la Grande Bleue, chamarre le saphir de veines de silice d'une pureté chatoyante. Tout n'est que bruissements ; la montagne dévale dans la mer depuis ses chaos, vers les moraines, jusqu'au sable blanc des dunes et des genévriers de Phénicie. Point de pas, de trace, juste un cri qui nous parvient de l'inconnu, d'une migration osée, d'une profonde réclusion ! Ce jour planait comme une aile et ses deux ocelles en guise de prunelles allant  à la rencontre de l'instant qui eût révélé l'oiseau sur l'azur, aux pieds de la terre, une aile qui  se couchait au ras des flots, presque prosternée

STREMU_PUMONTI__