DSC07687

 

" Tous les torrents d'hiver vont vers la mer, mais la mer n'est pas pleine. Vers le lieu où vont les torrents d'hiver, là ils retournent afin d'aller " 

( La Bible _  Ecclésiaste 1 : 7 ).

 

 

Une eau pure unitivement profonde
Vois ce que tu es en train de souiller
Chaque jour qui passe et qui fonde
L'ère du  lucre et du  parjure

L'eau de la mer comme l'air des cieux
Des origines éminemment cristallins
Aux nards et aux senteurs de l'au-delà
Chante la vie quand tu sonnes le glas

Je veux dire non l'homme en toi qui demeure
Mais le terrible rouage qui t'asservit
Et ainsi de passer comme tu meurs à l'éternité
Aux splendeurs que tu ignores de mépriser

Son domaine n'est pas ceint de murs
Ni de tours aveugles   Point de barrières
De barbelés qui eussent sans fin cerné
La berge du torrent   l'horizon des rivages
Les vergers sur l'océan qui fleurissent
Comme un éternel printemps

 

§