Florence_Arthaud1

Un livre attachant, dense, le livre d'une Femme, Marin avant tout, au coeur immense 

!

COMME UNE AUTOBIOGRAPHIE

 

Elle fut Flot, Flow, Florence, la Fiancée de l'Atlantique, l'égale des Marins et des Solitaires, des Hauturiers des Hautes Latitudes ! Ils auront toutes et tous " perdu une Petite Soeur, comme l'a si bien dit, avec solennité et toute la  profondeur  de la peine, Olivier de Kersauson ... Je veux dire tous les Marins, les Gens de Mer et des Océans, celles et ceux qui éprouvaient et aimaient la mer sans pouvoir le dire avec autant d'éloquence et de verve que Florence ARTHAUD, à travers ses récits et ses ouvrages remarquables, le fit. Des pages que l'on avale, parce que ce Marin d'exception avait le vent et les vagues dans la peau, le sens de la mer, ce pan de Mana envoûtant guidant les peuples de l'Océanie, ces terres d'Îles qu'elle aimait tout particulièrement. Quel marin ne serait pas touché par ses descriptions de la mer, l'appel du large qu'elle percevait, ces  folles envolées sur les Océans et la Grande Bleue ? 

Et puis la vie, l'existence, ces aléas et accidents parfois stupides, le vide que laisse un être cher que l'on pleure ; on dit les Marins secrets, taciturnes, peu enclins à se confier ! lisez ses livres et voyons comment Florence ARTHAUD , au fil des pages, nous rapproche d'elle, de ses états d'âme, d'une personnalité si complexe que parfois elle s'en étonne. Mais de l'Amour de la Mer, sans compromis, cet absolu, ce chemin de vérité qu'elle ne pouvait distancer et absenter de son quotidien, le tout emprunt d'une foi sans pareille, providentielle parfois lorsqu'on mesure la chance que cette Femme aura eu en passant à travers des coups de temps mémorables, des chavirages, des fortunes de mer, en naviguant sur des bateaux dont on n'est pas certain que des skippers de renom l'eussent fait, à ce niveau de la compétition, de la course au large.

Florence ARTHAUD, un grand vide dans l'Univers de la Mer, un sourire, une silhouette,  " le plus beau voilier du monde " qui vogue sur l'horizon, le sens de l'Amitié. Une Femme, un très grand coeur, plein de projets aussi qui ne verront peut-être plus le jour, à l'attention de la Grande Bleue, de ses rivages, de ses Femmes aussi qu'elle voulait rassembler autour d'un véritable trophée nautique, sur le pourtour d'une mer qui aura bercé tant de Civilisations ! Il est des âmes qui nous quittent trop tôt, qui brûlent la vie, au taquet, toujours, entre larmes de joies et  d'émotions, partagées aussi avec une immense sincérité. En serait-il autrement lorsque l'on caracole à plus de vingt huit  noeuds autour du Globe, que l'on ravit aux meilleurs le Record de la Traversée de l'Atlantique, que l'on se fait une place en or au coeur d'un équipage de " furieux " lancé autour des trois caps majeurs de la planète, alors que l'on mène son 60 pieds dans la Baston comme peu de Marins pourraient  s'enorgueillir de l'avoir fait.

Nous écrivons à son attention ce petit mot, parce que sa disparition tragique nous aura fortement peinés. Nous ne la connaissions pas, mais nous savons combien elle aimait l'Île de Corse pour y avoir si souvent régaté, croisé, frôlé la mort  par noyade aussi, en octobre 2011, lorsqu'elle chuta de son bateau, la nuit, au large du Cap Corse  ! Nous nous serions aussi émerveillés face aux mêmes tableaux que la nature en beauté ici délivre, nûment ! 

Elle aimait la Mer, voilà tout, au-delà de tout, comme une voie de Vérité, un vent de Liberté, l'occasion de se ressourcer inlassablement, sans jamais voir passer le temps !

A la Fiancée de l'Atlantique, à l'Amoureuse de la Grande Bleue, à ses Proches, ce témoignage très humble de gens de mer, épris de Glisse, de Fusion Océane, de Large et de Liberté.

CORSICA...GO56 

A SUIVRE DES EXTRAITS DE SON LIVRE  / UN VENT DE LIBERTÉ 

 

 

 

Flo
C'est bien le nom que tu voulais
Toi qui ressembles à la marée
Sur les cailloux de St-Malo
Flo
Sous tes paupières ultra-marines
Parfois je lis ou je devine
La solitude des bateaux 

Pierre
T'es comme un rocher sur la lande
Tu ne bouges pas tu te demandes
Où peuvent bien aller les rivières 

Chacun est fait comme il est
Chacun prend feu comme il peut
Mais sous le ciel immense
Tous les rochers du silence
Tous les oiseaux en partance
Se retrouvent parfois
Chacun est fait comme il est 

Chacun prend feu comme il peut
Chacun va son chemin
Jusqu'à l'endroit du destin
Où se retrouvent les mains
Qui se quittent déjà 

Pierre
Quand mon voilier s'envole sur l'eau
J'ai l'impression d'être un oiseau
Mais j'ai le cœur sans illusion
Pierre
T'as l'nom d'un cailloux qui affleure
Où pourrait naufrager le cœur
Danger pour la navigation 

Flo
Même si la pluie te mouille parfois
Les vagues tournent autour de toi
C'est toi qui les mènes en bateau

Paroles Pierre BACHELET 

§

 

chat_florencearthaud