ILS auront été puissants à mener et à essaimer les guerres, les conquêtes, par-delà les mers et les océans, depuis les siècles des siècles, jusqu'aux Empires ! Ils restent impuissants à contenir, à régler, à venir en aide à une situation de crise humanitaire. Deux poids et deux mesures ; d'un côté les richesses des conquérants et de toutes les conflits, les marchés des armes, juteux ! de l'autre,  un devoir humain. D'entre les deux, sachons faire la part des choses :  agir plus facilement qu'on le fait sur d'autres théâtres

!

 

 

lampedusaf_0_1

 

 

Vous avez de la chance. La honte ne tombe pas sur les morts.

Éteins

ta haine des assassins trépassés.

Le plus pur de tous les liquides a lavé

le péché de l'âme émigrée.

V. MAÏAKOVSKI - Prologue  - 

 

 

DES GENS DES BATEAUX 

 


Non  ce n'est pas le Cimetière Marin de Paul
Ces lieux de paix et de sérénité éternelles
Qu'une longue vie enfin accorde à la Vie
Un temps que l'on comble de printemps

Il est hélas d'autres cimetières   plus marins
Encore que toutes les tombes de sommeil
Et d'obscurité   Inondés de silence azuré
Là-bas au large          désespérément avides

Où les cris  les clameurs des abysses
En multitudes   emplissent la Grande Mer
Et scandent de vagues en vagues les ères
De naguère et l'ignominie de la guerre

Les naufragés   les disparus jamais plus
Ne meurent   mais ils hantent depuis
Comme ils dérivent    l'espoir de l'aube
Grèvent la longue nuit  des tyrans

Ô Grande Bleue des périples lointains
Des mythes et des légendes antiques
Toi qui bâtis les empires et peuplas
De rêves et d'illusions tant de mirages

Comment peux-tu ainsi happer le destin
Nourrir la fortune de mer   exalter l'horreur
De la perdition   mener  la fuite suicidaire
Devenir l'égale de l'indifférence coupable

Du crime de lèse-majesté perpétré contre
Les gens d'une traversée et vers l'au-delà  
Livrer au malin tes miséricordieuses faveurs
Au coeur du coup de temps et du grain

Scènes atroces d'un théâtre vénérable
Je ne reconnais plus ta voie de lumière
De tous les balcons qui chutent dans l'azur
J'entends tinter l'argent clinquant de l'or bleu

Sur les rives de l'insouciance et de l'été
Monte déjà le plain-chant de l'enfance
Et le même flot berce comme il retient
La voix innombrable de la mer trahie

Ainsi de la guerre des conquêtes de l'exil
Que ne t'aurions-nous pas poussé à faire
De plus sordide et cruel   Ô Mare Nostrum
Que de déchoir malgré toi et tes rudesses

Dans ce funeste sillage  le Ciel et les ciels
Sans nombre des étoiles uniques périssent  
Au croissant de lune   à jamais marqués
Du sceau fatidique de la damnation

Alors l'autre cimetière marin des blessures
Du monde et de tous les mondes s'offrent
En partage à la barbarie à la raison sans foi
De l'oubli des privautés des crises et des conflits

Comme il m'est pénible d'être par toi pris
Emmené à travers orbes et ellipses oniriques
A bord d'un Bateau Ivre  en côtoyant l'Albatros
Et de loin en loin à toujours revenir et croire

En Toi

 

- MARIN - Pensées en Mer, abandonnées au long sillage d'un rêve bercé d'illusions, là où dit-on, la mer et ses amers sont un pont entre les peuples !...

 

 

6562829