Début du Mois de Mai !  des Températures dignes d'un mois d'Août ... Dans les champs, les plantes roussissent et l'herbe brûle. Un vent chaud s'est établi et fait craindre le pire. Sous le vent de l'Île, au soleil, stationner devient intenable. Ne parlons pas de Moyennes, de Températures sous abri ; ne faisons point de calculs vains qui ne témoignent pas de la diversité des observations, de leurs fiabilités, quand elles valent règle générale ou verdict ! 

Le temps ne va pas bien du tout, les écarts sur la durée s'amplifient et ne disent rien de bon pour l'avenir. En certains endroits, la terre est  si dure, si sèche, comme si la pluie n'était plus tombée depuis des mois !... Qu'en sera-t-il en Juin, Juillet, Août, s'il ne pleut plus, ou  si peu ? 

Nous le savons et  nous l'attendons ! cet argument qui fait désormais foi et qui jamais ne sera vérifiable :

"  nous n'avons pas le recul suffisant, rien ne nous autorise à traduire ces chiffres comme preuves et constats tangibles, il faut des siècles pour accréditer une étude et ses conclusions. Nous traversons un cycle,  une période climatique dont les durées peuvent osciller et décupler, s'étendre bien au-delà de nos propres existences " ...! 

Oui, mais aujourd'hui, tout change et très vite. Les indicateurs sont au rouge, nombreux, trop variés. Ils touchent tous les aspects de la vie de la Nature, dans son ensemble, et, les rétro-actions, les répercutions des faits observés entre eux affolent tous les indices climatiques, météorologiques, vitaux, dans leur grande majorité, - Faune et Flore - , sans omettre les éléments naturels que sont l'air, l'eau, les glaces, la terre.

Espérons que cet aparté météorologique, dont les conjonctions de facteurs favorisants un tel tableau au  début du mois de Mai, ne soit qu'un épisode juste explicable ! que celui-ci ne durera pas, car il a, nous semble-t-il,  assez sévi pour la saison ... Que la période des Saints de Glace  s'affirmera de nouveau et remettra sous nos latitudes tempérées tout en ordre ; dans  le cas contraire, la situation deviendrait alarmante, confinerait à l'accident climatique que l'on ne veut pas imaginer, qui finira par s'imposer, tôt ou tard.

Mais les POLITIQUES prendront-ils la mesure et l'urgence des phénomènes visibles actuels qui ne présagent rien de bon sur Terre - Mer - dans les Airs - vers les deux Pôles ? PARIS, en DECEMBRE 2015, sera-t-elle la capitale, siège des tergiversations, rodomontades, guerres de Statistiques, Concurrents économiques et financiers. Verrons-nous enfin se dessiner pour tous les Pays, une Sratégie adaptée, circonsatnciée, ayant pour MOT D'ORDRE /

MOINS 2 % TOUT SUITE / VERS 1 ° DEMAIN / OBJECTIF ZERO DEGRE BIENTÔT   

?

DSC09227

 

Comme le rivage est beau lorsque tout demeure comme au Premier Jour !  La Mer et la Terre, baignées de soleil déposant là, pêle-mêle, sur le sable des dunes le bois des montagnes, les coquillages, l'herbe des prairies marines, les buissons des dunes. Ineffable alchimie qui depuis les temps immémoriaux préserve et parfait  ce trait de côtes que l'on ne veut pas voir souillé, défiguré par des engins, hérissé de murs de propriétés au ras des flots !... Il est une frange, un espace, un liseré de côte inviolable : le Rivage ! Il est le Rivage, partout dans les Terres où son influence  reste visible, évidente, et cela, depuis les  origines.

Quel lien me diriez-vous, avec le temps et le climat ? Il en est un, crucial, capital, incontournable  : la montée des eaux, programmmée, - qu'elle fût accidentelle lors des surcôtes de Tempêtes -, ou alors irréversible et pérenne, -  Réchauffement Climatique et élévation du Niveau de la Mer et des Océans comprise entre 1 et 3 / 6 Mètres -, mettra en péril l'existant et tout ce qui se trouve à proximité. 

La Terre et la Mer n'auront plus le temps d'ouvrager ce qu'elles auront fait pendant des milliers de Millénaires 

!