DSC08203

 

" Où est la limite entre la noble audace et la stupide témérité  ? "

PAR SIR ALEC ROSE 

 

Un texte concis, des mots qui résonnent clairement, l'essentiel au coeur de l'éternel, et puis cette observation qui en dit long sur l'âme bien trempée d'un hauturier solitaire hors paire.

CSC...GO56

 

... Il ne fait pas gai dans ces parages. Ce ne sont que brumes épaisses, pluies, grain, grosse mer. Pas d'oiseaux. Un désert. D'autre part, après cent jours de mer, je me trouve en passable condition physique et le moral est meilleur. Algy, ( la mascotte ),  prompt à la riposte, bavarde comme une pie. Il dort dans l'autre couchette, que dis-je ?  Il  y vit. Toutefois, dans les derniers jours, il n'avait cessé de grogner. Tout allait de travers, et en fin de compte il me dit ce qu'il avait sur la coeur : il voulait retourner  au Cap. Il avait envie de tirer une petite bordée. Le Cap by night. Il s'agitait tellement qu'il finit par tomber de sa couchette. Je le mis aux fers dans le poste avant  pour le calmer. Ah ! on se mutine, mon gaillard ! Je le menaçai de le pendre haut et court à  la barre de flèche, cela le refroidit considérablement...

... Le 25 octobre, je me trouvais en plein coup de vent de nordé, force 8 à 9. Je voulus amener la toile, mais la manille de la drisse de grand-voile se bloqua dans la drisse de foc en haut du mât, le vent m'arrachait la voile des mains, mais je vins à bout de la dégager, non sans casser une latte et emporter deux coulisseaux...

... Il faisait  maintenant très froid, je portais trois chandails superposés. La brise en fin vira au noroît, le 27 octobre aux petites heures ;  j'enfilai mon ciré pour aller à l'arrière ajuster le gouvernail automatique aux nouvelles conditions. Nous filions devant le vent fraîchissant, sous trinquette et tourmentin, roulant bas, car la mer était tumultueuse. La lumière du jour révéla un spectacle d'une rigueur hivernale. De lourds nuages bas  se hâtaient dans le ciel. A midi, force 8, mais je me cramponnais à mes deux petites voiles qui m'entraînaient à 5 ou 6 noeuds dans la direction souhaitée. Le baromètre baissait toujours, des grains de neige fondue et de grêle nous faisaient gîter brusquement. Au vent, les nuages avaient l'air excessivement menaçants. Nuit cruelle entre toute ... Dans l'obscurité opaque, les crêtes des lames déferlantes brillaient comme des traits de lumières fugitifs. Grêle, neige, pluie froidure, j'avais rarement encaissé pire tourmente. Comme d'habitude, c'est la mer qui eut le dernier mot, je fus contraint d'amener la trinquette de tempête sous un déluge de grêlons qui me mordaient au visage, avec un force 12 hurleur et dévorant, dans le noir le plus complet. Une heure plus tard, seconde édition, je baisse le tourmentin que le vent cherche à m'arracher en ébranlant tout le bateau. Dieu merci, voici le jour ; mais il ne me montre que le spectacle désolant d'un pont tout blanc de grêle et de neige. On y voyait pas à 50 m. Avais-je bien fait de porter la toile si longtemps ?  Où est la limite  entre la noble audace et la stupide témérité ? Dans ces parages désolés, c'eût été  une grosse bêtise de casser quelques pièces importantes de mon équipement. Je pris conseil d'un breuvage bien chaud, et, comme tout était humide, j'allumais le réchaud Tilley, générateur de  chaleur et de confort. Dehors, tous les diables étaient déchaînés, ce n'est que le lendemain que je pus remettre en route avec une prudente surface de voilure. Des rafales soudaines maintenaient la mer dans un état de turbulence extrême. Une  fois, je fus jeté sur le winch à travers tout le cockpit, me meurtrissant les côtes. J'étais constamment en état d'alerte, la brise tombait à force 2 pour fraîchir brusquement à 6 ou 7, et je me ruais aux écoutes...

SIR ALEC ROSE 

SUR LES MERS RUGISSANTES