DSC06779_002

 

 

Les jours de grands vents, la mer  s'assombrit et bleuit. Elle apparaît plus profonde, encore plus lointaine. Alentour, les cimes s'élèvent  et se rapprochent, toujours plus haut dans le ciel  tandis que les rivages, les bras de la terre tendus vers l'immensité  s'éloignent... Et dans cet univers inlassablement  recomposé, tout  envol, chaque descente vers l'abîme confond et mêle la clarté des vagues aux névés  des  nuages... Une île dérive sur la mer, convie le grand large à s'enivrer à chaque cap d'écume et d'embrun, des sels d'une abstraction.  

Rares sont les destinations où la géographie physique, les reliefs, les horizons des golfes et des vastes baies, côtes et tombants, concourent à amplifier, à magnifier pareillement le théâtre dans lequel l'aile ou la voile évolue, sans frein ; sur l'eau, dans les airs, l'impression de vastité est prégnante, envoûtante ! Le vol n'en est que plus exaltant, qui vous marque à toujours. Sentiment de liberté, retour aux sources, antre invétérée que  l'Ether en mouvement où croise un  silence  fluide qui se  joint aux  mystères de l'azur ! Et d'entrevoir, l'espace d'un éclair, les blandices de l'éternel que les sens ne sauraient traduire !  

C'est aussi l'occasion insoupçonnée de provoquer les arcanes  de quelque  introspection qui vous eût réconcilié avec les mondes ?  Qu'en est-il vraiment de ces longues bordées, lorsque d'une rive à l'autre, malgré les distances qui s'avèrent parfois  conséquentes, l'on mesure à quel point  l'évasion s'enrichit. Les fugitifs que nous sommes empruntent autant de dimensions qui font de l'espace - temps une  relation toutes les fois nouvelle et si séduisante.  

La terre des caps, profondément découpée se donne au large, si près des côtes, alors que les hautes montagnes, au loin, nous en rapprochent comme par mirage !  C'est ainsi que lentement, dès les premières lueurs du jour, à la faveur des vents dominants, l'île, la grande  montagne dans la mer, surgit entre flots et nues, fascinante, solennellement apprêtée ! Et quelle plus belle aventure que cette poésie des éléments naturels, de la brise mariant  prairies marines et cimes lointaines, comme si  la lumière en eût loué tous les champs possibles, un air cristallin qui vous eût, dès le  premier bord, transporté vers des sommets tout proches ! 

Mais plus encore, allons au-delà de ces dimensions physiques, palpables, mesurables à l'envi, sachant qu'ici, leurs interférences demeurent encore prodigues et laissent émerveillables. Soulignons ce supplément d'émoi précieux que l'on quête au prix de longues heures d'approche et d'allégeance ... On se prendrait à célébrer comme un oubli de sa  personne afin de se consacrer davantage au spectacle que le présent offre  au regard ... Comme une révélation, un message, un immense paraphe dont on percevrait l'origine et le dessein scellés ;  il nous serait donné d'en traverser les sublimes arpents, à des fins toutes pacifiques et sereines, ébauchant les contours du meilleur des mondes ...

Bâtir le présent, révolutionner le temps autour de l'instant, appréhender au prix consenti de la légèreté et de l'audace les confins de l'être, provoquer cet univers de dénégation dans lequel s'incrivent gestuelle et création, sens et poésie dans ce qu'ils recèlent de fondamentalement rebelle et de fantasmagorie ! Et n'avoir de cesse de graviter toujours plus près et plus loin à la fois, là où rayonne la dimension cachée, l'intemporel veillant en chaque instant à recréer le monde...!

MARIN - Sentiment Océanique - 

Terre d'Ex-Île

 

DSC08036

 

DSC08759

 

 

 

 

 

 

 

DSC08107