Pollution_GABRIEL_BOUYS___AFP

 

ici, pas de chiffres ni de controverse ! on observe, c'est tout, on voit et on se dit tout naturellement : plus de 6 Milliards d'hommes parvenus à de tels niveaux d'industrialisation, de consommation, de dégradation de sources d'énergies et de rejets, cela a un coût ! Nous sommes endettés. Il ne s'agit plus de convaincre mais d'agir pour que  les conséquences de la subsistance de 7 Milliards d'individus n'impactent plus l'Atmosphère, les Océans, l'Eau potable, la Biodiversité et l'Environnement.

AGISSONS DANS CE SENS ET VITE 

 

AVANT PARIS  2015  DÉMONSTRATION DE FORCE / ALERTE

Ils pourraient être des dizaines de milliers, issus des plus prestigieux centres d'études météorologiques et  climatiques, rien y fera ! Tout cela n'est que pantalonnades aux yeux de la Haute Finance, eût égard au respect que l'on doit à ce travail qui malgré tout restera utile dès lors qu'il quantifiera aux yeux des fauteurs de troubles les terribles dégâts causés par  les modèles de société outrageusement consuméristes qu'ils régulent !

Ce n'est pas aujourd'hui qu'il faut alerter les décideurs qui n'ont jamais rien fait de probant !

Il  n'y a pas si longtemps, la communauté scientifique martelait son opposition et se divisait  face aux scénarios catastrophes annonçant de terribles dérèglements  climatiques potentiels ! On rétorquait à tout va  l'argument facile, aisé, du manque de recul dans le temps pour user de  données qui eussent infirmé les thèses des pessimistes, de telles prospectives alarmistes.  Nous sommes d'accord ...

Quiqu'il en soit, les modèles actuels de productions fondés  et reposant sur le carburant fossile, les  transformations de matières premières, tous les secteurs d'activités ne sauraient tolérer la moindre baisse de leurs indices d'efficience, quels qu'ils fussent. Croissance, compétitivité, concurrence obligent ; après tout, pas d'états d'âme en économie ni  en politique : ce  sont là les propos des chefs de gouvernement, des présidentiables en campagne, le propos par trop sérieux et ampoulé de la maîtrise ...

A ce niveau, on ne lâche rien ; il y a trop d'argent à prendre, de grands équilibres politico-financiers à pérenniser, hélas ! mais non les bons ;  après, advienne que pourra ! et pour le moment, les bourses se gavent à l'envi, les multinationales et les grands trusts caracolent, les hauts-fourneaux tournent à fond, l'industrialisation mondialisée  augmente les durées de travail pour produire plus, consommer plus, rejeter plus, prélever encore plus. La termitière  exulte et le fait-tout  bout ! Pas d'évent ni de  soupape dans la haute atmosphère, vers l'espace ... Aucune régénérescence possible à l'horizon 2050 capable de juguler le passif. Ce n'est pas la Grèce, le monde à ce titre est en dette d'Oxygène, l'Ozone atteint des sommets, le soleil darde des rayons cosmiques que plus rien ne filtre ni arrête !

Mais le Lien Canicule / Réchauffement n'est pas encore démontré  ! 

 

Il n'y a pas de solutions ! le " Milieu "  ment ou cache, ce qui est la même chose au final ;  de toutes parts, les chiffres sont tronqués, faussés, inexacts ! en maints lieux les températures sont baissées considérablement. On affiche 32° C  alors que partout et sous abris, dans les maisons, pour un même territoire, les thermomètres les plus précis frisent les 38 / 39° C, les 32 ° C annoncés s'installent la nuit !!! 

Le climat est complètement déréglé, cela ne date pas d'aujourd'hui, on le sait déjà depuis des lustres ; l'augmentation de la température moyenne répartie sur le Globe est une constante destinée à proclamer une valeur euphémisée.  1 ° C d'augmentation est aujourd'hui une ineptie. La vie, l'existence en certaines contrées  est devenue quasiment impossible tant il fait chaud, comparativement aux décennies 70 / 80. Jamais de tels pics, étendus sur de pareilles durées, la nuit, auront été observés. Les anciens confirment : " il faisait certes chaud l'été, mais rien à voir avec ce qu'il se passe aujourd'hui, englobant à toute l'Europe "... ! En effet, dès Juin et pour  encore 2 mois, il y a comme un souci  !

Quant aux villes, le cauchemar ne fait que commencer et toutes les mesures annoncées ne feront dans un premier temps qu'atténuer très très légèrement le contexte de hausse des températures qui s'affolent surtout l'été. C'est de l'urgence de brousse, quelques premiers soins élémentaires qui trouveront vite leurs  limites ! que l'homme ne prétende pas faire face à un accident  climatique majeur comme on endigue une sécheresse localisée ! les plus nantis seront les mieux servis, les autres souffriront. De vastes mouvements sociaux verront le jour.

Il y a au niveau de la ville bien de solutions à apporter et très très vite ! toute attente est criminelle, quelques soient les quartiers ...

On peut certes s'adapter un moment, lutter, jusqu'à un point, encore faut-il être égaux face aux circonstances et espérer des moyens identiques pour tous : mais gageure ?

Alors viendra aussi ce temps où plus rien ne sera envisageable, parce que les phénomènes déraperont, et qu'à ce stade de déséquilibre majeur, il est déjà bien trop tard, affectant un temps de latence et une inertie tels que les situations catastrophiques surviendront, se généraliseront, impacteront nos conditions et modes de vie.

Il faut mettre en place des options radicales, dès aujourd'hui, faire chuter les flux d'origine  thermodynamique, c'est à dire  tout ce qui concerne l'exploitation de sources d'énergie responsables directement d'émissions dangereuses relâchées dans l'atmosphère, sources d'un surcroît de chaleur artificielle  : la quantité de chaleur émise, tous les  moyens utilisés  qui génèrent un surplus de combustion non contrôlée, qui n'auraient pas encore fait l'objet d'études poussées comme le vaste domaine de l'automobile et des transports, de tous les transports devra être maîtrisable à la baisse ! C'est crucial !

Que représente par exemple, en équivalent chaleur émise, la masse des moteurs à explosion en service, sur une durée de 24 heures, répartie à l'échelle du monde, chaque moteur dont la température frise les 100 °  C ?  Situons un équivalent afin d'obtenir un ordre de grandeur ! ce serait là une donnée physique et thermodynamique édifiante ! ces quantités venant se surajouter aux conséquences connues des effets de serre, aux dimensions  et propriétés physico-chimiques interférant et causant le déréglement de la vie de l'atmosphère  ...

 

L'urgence est telle que tout infléchissement de nos activités ne verraient d'effets réellement  favorables qu'au terme de plusieurs décennies d'efforts redoublés, de civisme naturel et surtout de RESPONSABILITE POLITIQUE ! Pour l'heure, mesurettes et effets d'annonce destinés aux faire-valoirs et aux vitrines pré-électorales  de circonstance ! Rien de plus après 20 sommets et conférences ad hoc !

Nous le savons, nous évoluons désormais à un autre niveau, sur des dimensions et des espaces colossaux qui dépassent nos capacités de réactions immédiates et nos stratégies d'adaptation, de réaction, d'alternatives potentielles trop lentes ou trop difficiles à instaurer.

Alors, cessez ces rassemblements pompeux, 2500 Chercheurs  ! point n'est besoin de déplacer 2500 spécialistes pour traîter de ce sujet avec force polémiques et oppositions ! Quelques emminents esprits eussent suffi à tracer de grandes orientations salutaires. Mais l'argent rode, enfume toujours, fausse la donne, masque ou déplace les problème soulevés, en recule toujours les échéances susceptibles d'endiguer toutes sources d'exacerbération des phénomènes observés à la hausse, avec une acuité alarmante. Le monde économique, industriel et commercial a ses rigueurs et ses carnets de commandes à  respecter, le reste n'est pas d'actualité ou relève du fantasme !... C'est très grave.

Notons que l'ancien " Club de Rome ", dans les années 60, évoquait  déjà ce problème vital ! combien de savants auront été poussés en touche, évincés du débat  ?  

Les responsabilités sont du côté des Etats, des Gouvernants, non de l'opinion ; et que l'on n' invoque pas le vote citoyen, souvent berné, désinformé, manipulé sur tant de sujets qui fâchaient et irritaient.

Maintenant est à l'heure de l'addition, du comptage :  le chien aboit, la caravanne passe !... D'ici 2020, compter sur des canicules à 45 ° C , des pics à 50 ° C, étalées sur des semaines, insupportables, voilà la réalité, le bon sens, si nous continuons de foncer à ce régime, à tous les niveaux des modèles d'organisations humaines et de leurs surproductions insolentes, impudentes, démesurées.

A savoir et accepter que le déréglement affiche des valeurs et une  tendance exponentielle ; il croît et accélère suivant une courbe ascendante verticale en accélérant la variable temporelle !

 

A quand, un vaste climatiseur qui rafraîchirait l'Atmosphère ? Non mais voyons, soyez raisonnables, pour une fois ! 

Un organisme qui a trop chaud arrête toute activité, évite toute source de chaleur : aspect mécanique !  Une fois refroidi, il peut reprendre, sous conditions.

Un organisme asphyxié, un ensemble de régulations physico-chimiquse déréglé est une réalité bien plus grave, surtout à ce niveau de désorganisation de la matière, des gaz,  des flux, de la composition chimique bouleversant et accélérant des réactions en chaînes qui une fois amorcées mettront des siècles pour revenir à la normale.

Mesdames, Messieurs,  Vous avez du pain sur la planche 

Gageons que vos travaux seront survolés, les conclusions tirées, Paris sera une péripétie de plus vers le Déclin, la Haute Finance sablera le Champagne de l'Argent-Roi, du démon 

§ 

CORSICA...GO56

 

 

917149e4a5_1024px_Polar_bears_near_north_pole