VENTILEGNA

 

 

VOCI DI A GRAVONA - LUGLIU 83  - 

 

 

LE MACABRE FLÉAU 

 

J'erre              L'entre deux Îles-soeurs
au vent des Bouches immaculées moutonne 
retient le cours du temps
Un feu criminel se déclare
au-delà de la route  vers la mer
hèle et défie  la canicule tenace


L'air acre fuse et tournoie              Juillet
comme un intarissable flux de touffeurs
grime l'azur torride en drainant vers l'incendie
d'invisibles volutes
Nuées ardentes
d'un été trahissant 
la voie des quatre saisons

je ne reconnais plus ses allants
de brises aux larges fronces bleutées
ni les fraîches risées
qui soulignaient
antan un trait de côte sublime


Entre les bras de la terre profonde
le feu  criminel
enténèbre le jour et ravage
un pan de Phénicie perdu
sous les yeux des badauds 
que la curiosité fige
au bord de l'asphalte nauséabond  chauffé à blanc

La noria des avions sale la glèbe
cautérise les racines
de nos rêves convoités
des forêts de genévriers 


Je croise au large du ciel
d'un monde qui absente 
sans trop savoir où aller
comme la hase et ses petits
iraient    affolés  dévaler  
le val calciné et  les antiques brûlis
accordant à la fuite
l'unique salut qu'il lui soit donné
alors que la chasse donne
à courre et à plein

Alentour        l'immuable
a changé les traits et   le  visage
de la  prémonition
A l'orée du grand bleu
les flammes et l'eau  luttent 
Crépitement infernal
de l'harmonie bafouée
Silence des lointains brasiers


Le  regard   hagard
La pensée exsangue
pleurent le  Choeur
de la vie originelle

Je subis  le flot des jours  honnis
Mes longues bordées de ciels  
souffrent 

 
Le souffle fragile 
Une Île  suffoque
comme j'accuse  l'atteinte
à l'ex-île et son royaume 
sacrifiés à l'envi


Autels démesurés
et d'argent cernés 
de veaux d'or  accotés
                 Vils pressentiments       je vous  hais

 

§ 

 

MARIN - TERRE D' EX-ÎLE 

1 ère Ecriture le 48.26.3078

2 ème passage  le 13.03.2020

 

 

DSC08252

 

L'ANIMA DI L'ACQUA - VOCI DI A GRAVONA - 

Chants magnifiques