DSC00194__1_

  

Au fond de ce miroir 
sans tain     le visage 
de l'Enfant m'obsède 
Ô  cristal de roche
diluvié que reflètes-tu 


Je vois au-delà    de l'eau
Un voile
de larmes ablue
les traits marqués 
de la souffrance 
des petits réfugiés
des petites victimes
de la guerre  déposés sur le sable


Je vois en ce tableau
naïf 
toutes les géhennes
de l'eau et du feu
qui désormais s'ignorent 
et frappent l'innocent 
en dépit de toutes sources de vie


Ainsi des bourreaux sur la terre 
des parvenus
meurtrissant  Terre des Hommes
tant de petits Princes
sur le parvis des citadelles
insanes et de l'éphémère

!

2 ème Ecriture  - Marin -  Mal de Terre  !