ALESSANDRO_DI_BENEDETTO_SOLO

 

LE LIEN

http://www.teamplastique-voile.com/ le-skipper-alessandro-di-benedetto.html 

 

Sans doute, une  première mondiale : traverser l'Atlantique sur un Hobie Cat de 6 m. sans abri et surtout sans assistance...
Comment dormir, s'alimenter, faire la navigation sur un carré de toile battu par les flots ? 
Une odyssée de 28 jours... Au-delà du défi de l'Extrême Aventure, un Voyage Intérieur abyssal...
Un beau livre, des illustrations, des textes magnifiques. Voici : 

 

SOLO  

L'INCROYABLE TRAVERSÉE 

 

Un livre rare, majeur ! Une expérience unique entre les pôles de la réalité et du rêve, touchant à la poésie. Un Solo dantesque mené à travers la Méditerranée et l'Atlantique pour un Marin et son petit Catamaran de moins de 6.00 m, sans assistance, seul à bord ...

Des envolées sur l'azur du ciel et de la mer mais également à travers un océan à part : l'âme, cet infini ! Un homme, une volonté mais plus encore un amour dont les racines puisent sa force dans un autre ciel : l'enfance. Nous reviendrons souvent, au fil de la lecture de ce livre sur le Récit, l'épopée, ce coup de génie mêlant aventure et voyage initiatique ; Alessandro Di Benedetto serait plus qu'un Navigateur au long cours, un hauturier solitaire avalant les étapes redoutables du Vendée Globe Challenge, de la Route du Rhum ! Rappelons-nous ses apartés Vidéos lors de la dernière édition de la Course autour du Monde sans escale ni assistance ! Qui ne se souvient de ces moments intenses qu'il avait à coeur de nous faire partager, comme cette joie lumineuse que l'on pouvait lire sur un visage d'enfant ?  

Il tenait la barre de son Imoca comme on barre un 4.70, un Hobie Cat, plein largue, au surf. Il souriait, disait recevoir les vibrations de l'Océan. Derrière lui, le vol abyssal d'un Albatros. Il attendait de tournoyer trois fois au-dessus de la haute mâture,  avant de saluer le Marin et disparâitre à jamais dans les nimbes d'un rêve...

Nous vous laissons à ces lignes, prises et glanées au hasard, car le livre est truffé de joyaux poétiques  dont l'envergure confère à l'immuable, à l'éternel, à la détermination de l'absolu fait passion et grand amour pour l'Océan.

 

MARIN - CORSICA...GO56 / Pour Alessandro Di BENEDETTO 

 

 

 

 

EXTRAITS 

 

A ce moment, je vécus un moment d'enchantement, accompagné du doux bruit de la mer qui caressait les coques. Le ciel était de nouveau strié. Les nuages allongés semblaient être des traits sur la palette d'un peintre. Leur couleur blanche et bleue se détachait, presque immobile dans le bleu fort du ciel, sur le bleu sombre de l'eau. Ces couleurs, le bruit de la mer, m'émouvaient dans le même temps qu'elles me faisaient sentir l'absence de Duci. J'allumai  le magnétophone et lui laissai ces quelques mots : " Duci,  ma petite, c'est toujours le 9 juin, quatrième jour de traversée. Ceci est pour toi. Je n'ai rien préparé. J'ai mis en marche l'appareil parce que je voulais te parler. Je t'appelerais si je le pouvais. Je suis seul, en bateau, au milieux des eaux. Je vais dans la bonne direction, mais j'avance lentement, à trois noeuds environ. La grand-voile et le spi asymétrique sont hissés.

J'aimerais t'avoir près de moi dans les bons moments comme maintenant que le soleil se couche. Mais je ne voudrais pas te voir affronter l'humidité, l'eau, le froid et les frayeurs ! 

Ma petite, toutes les rencontres, ici en mer, m'émeuvent, me bouleversent parfois. Je te dédie le bruit de l'eau, le son du sillage du bateau, tous les moments les plus beaux et ce ciel qui m'embrasse chaque jour. " 

Belles comme tes pensées, comme ta force qui signe les jours de notre passage dans les étoiles, belle comme les regards des amoureux face à la lueur diffuse de la mer, les soirs de lune. Belle, si belle d'embrasser ton corps chaque jour, muse de douceur, et confier au vent d'infinis mots d'amour.

Alessandro Di BENEDETTO 

SOLO 

Chapitre  6 _  Page 35 

Édition :  L'ancre de marine 

 

 

HOBIE_ALESSANDRO_DI_BENEDETTO_