vincent_van_gogh2_

Vincent VAN GOGH 

 

Écouter, c'est tout ! Eau  Delà  Les  Mots 

 


Ami    poète   chanteur    je t'invite
à lire   à parcourir ce texte
à voix haute
Y trouveras-tu    peut-être
l'harmonique-Océan
d'un songe    de la brume
qui nimbe l'Île dont tu attends
au petit jour l'unicité
d'une rencontre
Ces bras de terre
embrassant
la mer  et qui nous bercent

Ô limbes      léthéennes
confessions que roulent
sans fin un ressouvenir
plaintif

 

Le chant
des poètes maudits
m'est une vague       absinthe
Abyssales
de l'écho fluide
des bleuités
fusent d'insignes arabesques
où graver dans l'éternité
le souffrir de tout
Les fumets acres des opiacés
l'acide des mauvais alcools
ne disent plus rien
qui vaille d'autres sombres emports
Pour qui n'aurait d'autres chemins
de ronde à courir
où rêver les stances
obstinant une existence de bohème
voici quelques mots
du Message Retrouvé
que la mer sans lien
me porte en boucles
en fabulant
L'autre rive

 

Sublimes révélations
que l'illusion et ses reflets
Ivresse marine
dont les vagues fascinent
l'envers d'un regard
Pour l'âme    qu'une lame     absinthe
reprend en se couchant
sur la grève tel le rituel
incessant de l'infini des larmes
Depuis mon amer
sur la mer
au faisceau qui s'élance
une pensée amère    que bat et rebat
chaque onde aux sels brûlants
de l'amertume
Sagesse qui s'égare
Comme le rappel du vil absinthe
que l'on ne savoure plus
que servent la marée de tempête
le ressac des houles
en ceignant
l'archipel du naufrage
le cruel écueil

Que ne me reste-t-il si ce n'est
l'ombre ondée de la folie
J'embarque ma solitude
et s'abîment  
les chagrins d'un long hiver
L'angoisse de la nuit sans fond
dont j' esquisse indéfiniment
à l'encre ABSINTHE
le sillage ivre d'un fol esquif
m'obsède
Je lui confie le long décours
d'un manque lancinant
l'écrin de ma souvenance
Musons veux-tu encore un peu
apaisons l'absence
et sa douce compagne
L'espérance
eût renoué le lien
qui de l'âme au calame
calligraphie sur le ciel
les cents noms
de l'Amour

 

§ 

 

MARIN   -   L'eau-Delà - 2 ème Écriture comme un chant qui jamais ne s'achève ...!

 

Barques absinthes
sourdes aux lancinantes
plaintes de la terre
noire   Vincent 
emportez-moi
dans les féeries de la Mer
retrouvée

 

 

VANGOGH_3_