icicles_hang_from_cable_8707_diaporama

 

 

A ce stade, il serait plus approprié d'évoquer le climat ; un climat qui change vite, évolue ! Si dans le temps, nos anciens se prononçaient sur les rigueurs ou la clémence de l'hiver, il en  est de même des météorologues qui se penchent sur les Modèles et rendent des conclusions pour  le plus long terme.

Mais au-delà de toutes prospectives d'ordre scientifique et méthodologique, de cette interprétation draconienne des données numérisées de plus en plus nombreuses et complexes, force est de constater que l'empirisme, le savoir, l'intuition et les signes de nos anciens étaient irréfragables ! L'hiver serait froid, il l'était, sans autre issue que la prévision étayée par des siècles d'oralité, de dictons ou d'adages et, d'observations rigoureuses. L'existence sur terre comme en mer ne pouvait se passer de ce patrimoine sain, exceptionnel, si riche d'expériences éprouvées, avérées ; il en était ainsi de la survie, du labeur, de cette propension à miser sur l'avenir dont on cernait un peu mieux les facéties, les imprévus, les surprises aussi. L'homme et la nature pactisaient pour le meilleur ! De nos jours, ils le font, pour le pire : c'est là un constat simple, incontestable !

Alors, que se passe-t-il au-dessus de nos têtes, en cet automne bien marqué ? Que nous réserve l'hiver, après des semaines de canicules sévères, depuis que 2014 et 2015 affichent des moyennes excessivement élevées de températures à travers l'ensemble du Globe ? 

Les intuitions et les augures laissent entendre en effet un Hiver froid, anormalement froid, comme auront pu être torrides les mois de l'été passé ! Pourquoi ? Parce qu'il faut chercher bien au-delà de nos champs d'investigations, du Courant El Nino qui sévit avec acuité ; il nous faut aller plus avant et se dire que l'homme, la civilisation n'aura pas mesuré les dégâts qu'ils causent au niveau de l'atmosphère et par-delà, des courants marins.

Comment évaluer les conséquences d'une fonte radicale de la Banquise, de tous les glaciers du Globe et d'une partie du continent Antarctique ? C'est impossible. Ajoutons à cela l'ampleur des interactions d'ordre thermodynamique entre la Terre et le Ciel, les Océans et le Ciel...! Il n'est là rien de bon et d'encourageant. Les grands équilibres climatiques sont en jeu et en balance, ne laissant de menacer la planète. Réchauffement, dérèglement, accident climatique veillent et attendent que leurs déclencheurs se mettent en synergie pour frapper.

Mais de plus près, voyons ce que l'atmosphère charrie de particules, de poussières, de gaz, d'éléments naturels soulevés par les vents très forts : il plane au-dessus de la terre, de toute la terre une sorte de couche épaisse qui  au diapason de l'arrivée de l'hiver et de l'elliptique de la terre autour du soleil sera de plus en plus gênante pour la diffusion de la lumière solaire. Ce manteau sombre éployé autour de la terre, couplée à des descentes d'air froid polaire, de larges zones anticycloniques que nous connaissons lors de vagues de froid, risque d'en intensifier à l'extrême, d'en accentuer la durée. Un voile de grisaille pourrait persister, avec en basses  couches un air polaire, et une très forte déperdition de chaleur la nuit, constante et tenace. Les minima de températures surprendront, étonneront, auront certainement des conséquences non seulement sur les biorythmes journaliers mais également sur nos " horloges internes ", enfin ces capteurs qui caractérisent les espèces vivantes et  qui leur permettent à la fois de lutter mais aussi de s'adapter, si tant est que les conditions de rigueurs le permettent.

En tout état de causes et au regard de l'activité industrielle exponentielle que la terre connaît, sources de surcroît de chaleur artificielle exaverbée, avec effets et feed back dévastateurs, il est à craindre que nous subissions des extrêmes torrides  mais également de froidures sachant que ces épisodes se produiraient sur des périodes très étendues dans l'année, mais plus précisément l'hiver et l'été, avec débordements automnal et printanier.

Quelques signes qui laissent à penser que nous nous dirigions vers un Hiver rigoureux : 

 

La Fréquence des Flux établis aux secteurs NE, les températures assez basses pour la saison, l'Anticyclone de Sibérie déjà bien présent et marqué tandis que les perturbations d'origine Atlantique, apportant un peu de douceur, se font plus rares.

Enfin, notons que l'Atmosphère est et aura été fortement, anormalement impactée par des phénomènes naturels, ( éruptions volcaniques ), mais également d'origine anthropiques : Incendies gigantesques, Sur - Exploitation des sources d'énergies fossiles, émissions dantesques de gaz à effet de serre puissant, conflits et guerres, ( particules, vols à réaction, etc ... ) ! 29 Milliards de tonnes de CO2 sont chaque années rejetées dans l'atmosphère !

Chaque rejet, déchet libéré dans l'atmosphère compte et si l'on ajoute à ce sombre tableau les 80.000 vols aériens permanents autour de la planète, brûlant leur Kérosène dans l'azur, il y a de quoi s'inquiéter sur le fameux manteau sombre de la terre.

NB 

D'autres Modélisations affirment le contraire : un hiver doux et humide ! Des pantins...

§ 

MARIN - Pour la Planète - 

Octobre 2015 / Ouragan PATRICIA _ Pacifique  / Mexique  - Influence directe du Courant El NINO.  Des vents à près de 315 Km/h en pointes...

 

OURAGAN_PATRICIA_