Miller_oc_an_Indien3

 

 

UN INCONTOURNABLE   UNE ÉTAPE  UNE NÉCESSITE 

LA SÉCURITÉ

 

Avant tout Raid, Trip, Aventure, Solo Extrême Glisse Non Tractée, réalisés par ses propres moyens et destinés à nous ramener au point de Départ, - en Théorie et en toute humilité -, l'Etude de la Carte Marine de la zone considérée est indispensable, obligatoire envers les siens et soi-même ...

Voyons ce qu'elle peut nous apporter, fussions-nous seulement emportés sur un petit esquif qui n'aurait rien de ressemblant avec le voilier, le bateau de Course-Croisière mu à la force de ses voiles.

Et bien que soyons et demeurions au niveau de la navigation côtière, dans la zone Littorale proprement dite, à vue,  bien des aspects sont à rappeler, souligner, approfondir, rechercher dans les moindres détails ! Ils délivrent au " Soliste " non pas l'assurance et la certitude que rien ne peut arriver mais au contraire, et en cas de fortunes de mer, les alternatives opportunes et adaptées au milieu qui s'imposent, suivant l'incident rencontré, l'imprévu, voire l'accident.

 

AVANT TOUT 

Circonscrire sur la Carte Marine  la zone d'évolution probable et, dans un deuxième temps, les dérives possibles en cas de casse ou d'incapacité à reprendre le cours de la navigation ! Les Instructions Nautiques renseigneront sur les Courants dominants, leur force et secteur en relation avec les horaires ou les conditions de vent et de mer.

Ce point est essentiel, car en cas de séjour long en mer dû à un problème, le Rider saura quelle option choisir pour se mouvoir plus facilement vers un point de la côte, avec la dérive la moins défavorable possible.

Mémoriser un maximum d'indices ne demeure qu'un aspect de la situation à envisager ; voir sur Site, se confronter au milieu lors de conditions sereines est plus que conseillé ! rien ne remplace l'alternative Pratique / Formalisation / Analyse / Photos.

 

L'ETUDE DE LA CARTE 

 

Elle suppose que l'on en maîtrise tous les sigles, la légende, les informations qui lui sont portées et actualisées, sans exception !  Attention, en cas de zones contiguës, se munir des autres cartes et choisir, bien sûr des cartes d'atterrissage pour leur échelle et les détails qui y sont portés avec une précision suffisante.

 

LA SÉCURITÉ  ANTICIPER 

 

En cas d'incident, avoir au préalable déterminé par ordre de priorité, d'urgence, de faisabilité toutes les réchappes possibles au rivage et bien entendu, les signaler à terre.

Le périmètre d'évolution du " Raideur " dans la zone étant parfaitement circonscrit, il lui appartient de traduire l'ensemble des informations marines en indicateurs pertinents susceptibles d'éclairer et de mener toutes les investigations " sportives et extrêmes "  en connaissances de causes. D'après les distances entre le Spot et la côte, les conditions de mer et de vent, le Raideur pourra apprécier les conséquences de ses actes et  ses choix, déterminer s'il doit et peut poursuivre ses surfs ou sortir au plus vite du Line Up, lofer ou abattre, etc ! ...

Enfin, au stade de la mise au point de sa navigation, il prendra soin de relever à terre des repères signifiants et bien visibles, idem vers le large, si la zone littorale en compte... Les distances devront être parfaitement assimilées et mise en relation avec sa vitesse fond ( GPS  Utile ) .

 

LECTURE ISOBATHES  ET FONDS

 

Un point absolument capital, à approfondir, à mémoriser, dont on se doit d'identifier tous les paramètres de distances, d'écart, de reliefs sous-marins, avec leurs lots de dangers immergés dont on ne connaît qu'approximativement ou pas les profondeurs.

Quels Isobathes trouve-t-on immédiatement plus au large du Spot, en amont, vers l'aval, au vent dominant, suivant les possibles renverses ou bascules ?  Quelle est la nature des fonds, la propension du site à se charger d'algues, etc !...

Ne jamais oublier, comme en Météo, que le gradient de pression atmosphérique  et le " Gradient Isobathique "  procéderaient des mêmes logiques à savoir que si le relief sous-marin est contrasté, chute ou remonte brutalement, il entraînera forcément une amplification des phénomènes de Houles et de Vagues associées.  Veiller aux écueils et aux secs entourés de grands fonds ou de tombants ! 

Ajoutés à la mer du vent, les effets  peuvent être très largement doublés, voire triplés. C'est ainsi que lors des COMBOS, plus au large des spots, nous observons des collines d'eau, ces mers grosses l'hiver qui donnent à la côte des vagues dites de submersion. Et si la distance qui sépare les isobathe se trouve réduite, tout phénomène s'accentue.

 

Enfin, savoir que bien souvent la propagation de la houle et la formation des vagues s'alignent avec les Isobathes dans leur fin de  vie, opèrent des diffractions importantes et remarquables que le Raideur pourra exploiter si toutefois il en aura  défini les zones propices.

 

APPRÉCIER LES RELIEFS POURQUOI 

 

Nous le savons très bien : les pointes et les caps affolent les vagues, les déchaînent, tandis que face aux baies, aux golfes, elles s'affichent moins hautes ! A cela, la Carte Marine vous donnera des indications précieuses : 

COURANTS ET VENTS 

En effet, ils s'opposent le plus souvent en élongeant les avancées dans la mer ; l'eau des Golfes, des baies peut refluer, nous l'observons les jours de houle à la trace laissée sur l'eau, devant les Caps !

VAGUES CONTRE VAGUES

Les pointes occasionnent des phénomènes de Réflexion, de retour des ondes, et si les fonds sont propices, les effets peuvent  être dantesques : dangers !  en se heurtant, deux vagues se dressent à des hauteurs insoupçonnes, avec une violence inouïe.

L'ETUDE DES PROFONDEURS

dans le secteur des Caps et Pointes est elle aussi éloquente et joue sur les deux tableaux ci-dessus, pour l'arrivée et le retour de l'onde  depuis la terre qui percute la vague déferlée  et aussi rencontre un courant contraire ... Cela peut devenir le Chaos.