TOUNDRA_

 

Paysage de Toundra : Ciels identiques aux nôtres

 

UN PLANISPHÈRE  - UNE ANIMATION SATELLITAIRE - 

 

VRAIMENT INQUIÉTANT

 

Si l'on observe attentivement la Planète, ce qu'il se passe d'un point de vue Météorologique " localisé ", continent  par continent d'une part et, sur les mers et les océans qui les bordent, on peut parvenir à cette observation qui pourrait avoir une importance considérable : 

D'une part, il semblerait que les continents,  sur une large bande au Nord et au Sud de l'Equateur,  d'Ouest, en Est, sont gagnés par un Phénomène Anticyclonique hors du commun, une sorte de ruban dont les limites Nord et Sud fluctueraient au niveau des pressions, accordant aux zones dites plus méridionales l'acuité que nous leur connaissons au niveau des très  hautes pressions ; 

Ensuite, les vents sont bien cantonnés sur les Océans :

L'Atlantique et l'Atlantique Nord, le Pacique Nord et Grand Sud notamment, sans toutefois balayer les terres, observer le Flux habituel Ouest  / Est qui caractérise en Europe Occidentale, nos hivers à la fois arrosés et aussi froids.

Plus encore, l'Afrique est bleue, l'Australie et l'Asie, l'Inde sont bleues, les secteurs de vents majoritairement rivés au Sud sur les mers, tandis qu'ils naissent à la périphérie des côtes pour  gagner le Large tout en fraîchissant, éviter brutalement les continents.

Le plus inquiétant demeure justement cette " réponse commune " des terres, de pans entiers de continents refoulant les vents au large, où que l'on se trouve, comme si justement au-dessus des terres s'était édifié  un rempart leur en interdisant l'entrée. Les mers sont plus ou moins  "ventées ", les terres : pas ou plus du tout 

???

Les zones les plus septentrionales et australes  océaniques de la Planète connaissant l'activité la plus intense au niveau des vents, des flux et de leurs centres permanents météorologiques, - ce qui reste cependant une constante bien connue, mais actuellement, moins généralisée et plus localisée - !

Pas de Flux océaniques dits zonaux et de grande ampleur ou durables, ce qui également conduit aux difficultés à prévoir, à la fréquence des erreurs au niveau des modèles qui n'intégrent toujours pas dans leurs calculs des paramètres qui devraient l'être depuis bien longtemps...

Ce ne sont là que des hypothèses, des suppositions, le fruit d'observations attentives et " curieuses ", de nature, dont il conviendrait, peut-être, de prendre en considération les pistes ... Des fois, on ne sait jamais, un détail peut passer à l'as et manquer au puzzle complexe que l'atmosphère et l'océan animent de façons bien invisibles, sous nos yeux de terriens encore démunis par ce que nous générons et engendrons...

Notons enfin sur Sud et Centre Ouest Pacifique, un courant d'EST à SUD-EST, modéré, généralisé, matérialisant très clairement l'influence d'un courant marin chaud et son extention.

CSC ... GO56