1411191851_diaporama_ethologie

 

THIERRY HOOLANS

 

Sa Page FACEBOOK, une moisson d'informations sur le sujet / à Découvrir  :  https://www.facebook.com/THIERRY HOOLANShoolans.thierry?fref=ts

 

***

Passionnant,  très intéressant, Thierry HOOLANS, affiche une aisance  à croiser les données et les informations qu'il possède, qu'il recueille sur le terrain, enfin, en Mer ! Et de là,  de nous emmèner près  des tombants et des pentes meutrières d'un univers fait, semble-t-il, uniquement à l'aune des finalités de l'homme, ou plutôt d'un système, d'une grille qui désormais  l'asservit et  le domine. Rétro-actions, Feed-back, les retours de manivelle sont légions, disséminés, qui frappent sans répit, qui condamnent notre Milieu Naturel Terrestre et Marin, l'espace de vie mesuré  que les Océans nous auront concédé. Enfin, notons à quel point, très justement, par le biais de l'Ethologie et  de cette étude, le monde redevient comme  un tout dont la moindre partie impactée, rudement affectée aurait en amont et en aval des conséquences désastreuses pour tous

!

Corsica...Go56 

ARMAND AMAR  : MEDITERRANEAN / EDEN 

Plus près du champ des mers et  des océans 

Une Trompette au cri se confond et s'allie !

 


La Mer pour tous !
Méditerranée ...
Le son d'une trompette
comme l'écho, s'égare.
Et le chant
des baleines et des dauphins
toujours massacrés
martyrisés !
Longue litanie des Océans,
Immensurable chant d'amour
de la Mémoire,
en allées
par-delà l'éternel !

 

 

PARTIE V //   LE BRUIT / EFFETS NUISIBLES GRAVES

 

IL TUE 

 

- 28 -

 Dérangements, observations, méfiance, souffrance, peur, expression - excitation - menace

• Comportement évasif chez les capelans et les anguilles exposés
au bruit, susceptible d’affecter les activités essentielles du cycle biologique
Les effets nocifs s’étendent aussi sur les invertébrés commerciaux. Parmi ces effets:
• Une réduction dans la croissance et la reproduction chez les crevettes grises
exposées au bruit.
• Organes contusionnés, ovaires anormaux, larves plus petites,
développement retardé et stress chez les crabes des neiges quand ils sont
exposés au bruit sismique.
• Plus grande consommation de nourriture et changements
histochimiques chez les homards après l’exposition au bruit sismique.

 

1411191859_diaporama_ethologie




-  29  - 

 

1411191859_diaporama_ethologiec


DÉMONSTRATION DE CAPACITÉ,

TRÈS GRANDE MENACE 


 

 

 

- 30 - 

 A chaque échouage correspond une activité humaine bruyante
Le Bruit sous-marin provoque la fuite des animaux marins de leurs habitats précieux et ne reviennent jamais à leurs lieux. Cela s’applique à de nombreuses espèces directement, d'autres y sont contraintes, par la migration de leurs proies. 
Au cours de l'accouplement, la chasse des proies et le sevrage des jeunes sont perturbés par les bruits sous-marins, et ce, avec des conséquences désastreuses si l’espèce est déjà affaiblie en raison d'autres influences environnementales.

 

1411191860_diaporama_ethologie

- 31 -

 DERANGEMENT  -> SOUFFRANCE -> ECHOUAGE

 

1411191859_diaporama_ethologieb



- 32 - 

La vitesse du navire entre en compte à deux titres dans le dérangement : une vitesse rapide est susceptible à la fois d’effrayer les cétacés (vue et son) et de leur laisser moins de temps pour réagir (Ng & Leung, 2003). 
Outre les vitesses précédemment cité à propos des motos-marine, la vitesse des navires, quel qu’ils soient, aggrave le risque de collision. Ainsi, à 10,5 nœuds, un grand cétacé percuté a 50% de possibilité d’être tué ou gravement blessé, à 14 nœuds on passe à 75 %, à 17 nœuds on passe à 90 %, 
les pourcentages d’issue létale sont approximativement de 20% à 8,6
nœuds et 80% à 15 nœuds. Au-delà de 15 nœuds, l’issue létale est pratiquement certaine.

 

1411191861_diaporama_ethologie

- 33 -

 

 Il ressort de cette investigation que plus les navires de whalewatching sont grands (=30 m) et / ou rapides (=18 nds), plus le risque de tuer ou de blesser sérieusement un cétacé lors d’une collision est élevé. Dans sa synthèse sur le whale-watching, Beaubrun (2002) avait déjà mentionné ce risque de collisions, notamment lorsque le développement de l’activité engendre une concurrence entre les professionnels. Ces derniers misent alors sur la vitesse de leurs embarcations pour être les premiers sur les spots et augmenter leur nombre de rotations dans la journée. Dans ces circonstances, plusieurs cas de navires heurtant une baleine qui venait d’arriver en surface pour respirer ont été dénoncés, alors que les organisateurs naviguaient à vive allure vers un autre animal tout juste repéré. ...


 - 34 -  

Triste rencontre en Belgique en 1994 :
Après mon enquête, nous avons conclut, à une anomalie dans la migration de ces jeunes mâles, perturbé, entre autres, par le bruit de la circulation maritime et des manœuvres militaires Anglaise et Française. Voir vidéo

‘’  TRISTE RENCONTRE ’’

LE LIEN 

 

http://www.dailymotion.com/video/x29a9s_trirenet_animals


- 35 -

 Echouage d’un bébé rorqual de 6 mois en janvier 2014
L’autopsie n’a pas révélé une anomalie importante, seul une irritation du système digestif à été observé. Donc la question reste entière sur un dérangement probable anthropique qui à séparé la mère et son bébé

!!!


- 36 -  

Pourtant des lois existent pour protéger les mammifères marins

 

A SUIVRE / PARTIE VI 

Thierry HOOLANS