Berceau_de_Lune_ 

 


Ô écailles      croissants  de lune azurées 
célestes arabesques
allant  sur la mer nacrée
Vagues _ percées de lumière
Vous auriez fait de Mélancolie
le berceaux des larmes oniriques

Pour un songe solaire
que mes rêveries éthérées
Ici  réinventent comme elles révèlent
la fulgurance de l'instant
célant la réclusion


En son essence existentielle
la beauté du monde
m'est une stance 
sans fin            qui dit-vague

Vespérales fusions
depuis la renverse
au vent    éployez  vos  ailes  
répandez l'encens
empourpré des îles

L'aube
y renaît    à l'aure secrète
des muses
éphémères

Quel autre champ 
à l'hiver    aux vastités
livre ces rares harmoniques
nimbant leur cantique

L'envers des lames 
délivre 
L'ombre de la folie s'ébat 

Insensé
né de l'Océan
n'ouïs-tu pas   Eau-Delà des  sens
 le penser des  étoiles
Toi qui marches sur l'eau
dans  la nuit miraculeuse


Vagues apothéoses 
clame encore  et encore  le poème subliminal
de Qui t'envoie
Ses anges de cristal
contremandant à jamais
le rendez-vous des âmes
dont le sempiternel vertige
 distance

§ 

MARIN - A bord de la Folie  - Pensées

Revu  et partiellement corrigé le 04.12.2019

 

AMBIANCE_DE_FEU__RN__9_