DSC01970

 

 

 


Tu vogues     trouvant par les rudesses
de l'amer
quelques arpents prodigues 
Et les mots 
malgré toi  fusent
L'encens te révèle
l'envers précieux des choses
que l'on ne voit
qu'avec le coeur

D'entre les océans d'en haut
d'en bas
qu'importe l'ivresse
ton aile panse comme elle le peut
le silence de la mer
en esquissant les contours d'un choeur
en ces jours noirs
hélas
hermétique à la foule

Je nous sais liés 
par un serment
Hommes égrégores
l'Un-Tout ne nous unit-il pas  
Ce monde alchimiste
fait de vie    de lumière
aura transcendé les poussières d'étoiles
t'offre l'Ether
compatissant


Ô impérissable
incompréhensible
beauté d'amour
que l'Azur abreuve

§

MARIN - Pensées en Mer - 

 

____________________________