IGIT 

 

La ligne est fine

Entre la valse et la transe

Avons nous tourné trop vite

Sommes nous trompés de cadence

Le chemin est court

Entre regard et transparence

Avons nous trop fixé le vide

De ces océans immenses

 

Au diable les parapluies

Marchons sous la tempête

Amoureux trempés ruisselants esthètes

Au diable les abris

Cheminons contre le vent

Contre le vent et les marées

Dégoulinants amants amarrés

 

Coulons l’encre

N’abusons point la déchéance

Trop de plumes brisées sur

Ma muse la distance

Cet orchestre endormi

Attends pour fuir la dissonance

Deux poitrines réunies

Et quelques pas de danse

 

Au diable les parapluies

Marchons sous la tempête

Amoureux trempés ruisselants esthètes

Au diable les abris

Cheminons contre le vent

Contre le vent et les marées

Dégoulinants amants amarrés

§

 

LES VOILES 

IGIT