DSC02108

 

Un rivage de roche grenue !  Rien qui pourrait nous étonner et pourtant... Un angle, l'éclairage, et  puis cette obstination à voir, à regarder au-delà des choses qui nous échappent, pris le plus souvent  que nous sommes par le tracas, le soucis, la souffrance et le tourment ... Une image saisie non d'un instant mais, visage ! celui  de l'éternité figée au profil du hasard, du possible probable et tangible ! Après tout, à l'instar de ce que nous sommes et serions : une illusion, à la recherche d'un temps perdu ou à venir. Il est ici, sur cette terre éminemment pétrée quelques curiosités qui nous échappent et en même temps qui prolifèrent dès lors que l'on s'applique à regarder, à chercher, à nous  rapprocher d'un monde qui nous entoure hallucinant, fascinant ! D'entre deux bordées en ce monde irréel de clarté, de mouvances et de figements, voici ce qui pourrait être la sentinelle des lieux, un visage, un regard posé sur la mer, celui d'une vigie veillant ce qu'il reste de littoral dévoré par l'asphalte et le béton, ces milleirs de mètres de murs hérissés de  clôtures et de barbelés, d'infâmes  enceintes de parpaings qui nous enlèvent à toujours la liberté et la  joie de côtoyer les noces de la Terre Insulaire et de la Mer

MARIN 

2 ème Ecriture : Veuillez nous excuser pour les fautes de frappe reprises ce jour de l'an 1000