FLIP_JIBE_I_FLOATTER__1_

  " N' KWAMBÉ LE BOIS QUI CHANTE  "

Il nous vient d'un pays lointain, le Gabon !  En ce temps-là, le Surf  balbutiait encore sur la Côte Basque, vers Hossegor... En Californie, il marquait un temps d'avance habituel et de rigueur sur l'Europe ; c'est bien connu !  mais plus au Sud, vers les Archipels Hawaïens, la Glisse, activité initiatique des dieux, versait dans l'immémorial chant des vagues tant de légendes et de récits fabuleux que l'on ne perd pas ! Quête de joyaux liquides, ces déferlantes qui défiaient le temps des hommes rivalisaient de tailles et de puissances infinies en déclinant l'énergie magnifique des Océans. Teahupoo,  Waïmea Bay, Peahi, tant d'autres lieux mythiques feront la renommée des Grands Surfers.

A l'époque, sur les côtes Atlantiques du Gabon, là où les rivages vierges étirent sur des centaines de kilomètres leurs plages féeriques, il était un petit groupe de Surfers qui  gardaient secrètes quelques destinations de rêve ... La canopée était si  dense et si prégnante qu'elle lançait au-dessus des flots et des vagues la lourde frondaison des arbres équatoriaux ; des espèces étonnantes, luxuriantes et où pullulait un nombre de créatures hallucinant dont on ouïssait tard dans la nuit les gammes mélodieuses, les cris fabuleux !  

Il leur semblait que les bois chantaient. A la lisière de la forêt, de la silve impériale,  juste à l'ombre portée des branches et de la ramée, les vagues déroulaient, bruissaient, donnaient écho et répons   aux arbres vénérables. Dans le sable, qui s'engravaient, les billes de bois immenses, issues de l'exploitation forestière, faisaient escale. Elles avaient rompu leurs chaînage en flottant, en dérivant sur le grand  fleuve Ogooué et partaient à la dérive, regagnaient l'estuaire puis, s'abandonnaient à l'Océan. 

D'une semaine à l'autre, les aventuriers-pionniers déposaient leurs planches à quelques pas des dunes, les logeaient délicatement à l'ombre d'épais buissons en rêvant sitôt de revenir. La longue houle océane s'offrait aux grands enfants d'une terre d'exil. De hautes vagues ne laissaient jamais d'éclore. Les surfers exultaient. Enivrés qu'ils étaient par un voile d'écume odorant ils s'abreuvaient aux noces pérennes  de la terre et de la mer.

C'est pourquoi et c'est ainsi que " N'KWAMBÉ " se fit appeler... Il  se prénomma de tout un  Pseudo  :  " N' KWAMBÉ LE BOIS QUI CHANTE  " 

Jeune Surfer jadis qui nous revient ici pour compter ce petit récit, cette évocation qu'il consacre à CORSICA...GO56. N'KWAMBÉ  navigue toujours, touche au Kite Surf mais se perfectionne également en Planche... Le domaine des vagues reste sa priorité, le ramène aux sources ! Voici donc N'KWAMBÉ , lors d'une reprise de vague qui déchire, vers " URIENTI "

 CORSICA...GO56 

2 ème Ecriture en Cours et toujours, vers les Rivages du Gabon

 

FLIP_JIBE__RIDER_N__KWAMBE_