PHIKARIA_

A_PERTE_DE_VUE_

Ils restent dans leur grande majorité encore vierges, ou presque ! Il ne sont pas courus et, pourtant !  Certes,  des plus exposés à la lame de roche, aux écueils et aux hauts-fonds que la tempête travaillent, inlassablement.

De ces vagues aux tailles démesurées, aux séries incessantes, toutes les fois différentes tant elles bouleversent le cours d'un champs fleuri. Nous les regardons dessiner le coup de vent ou la houle des lointains, si longue et si massive. On ne dit rien d'autre si ce n'est qu'en ignorer la réalité équivaudrait à se voiler la face, à les éviter... Mais qu'importe ! Le voyage ou la dérade vaut la mise d'un jeu sans compromis.

Le plus vivifiant étant là-bas de faire comme si ces déferlantes soulignaient le sablon ou la baie paisible ; les vagues viendraient y mourir sur de larges bandes de sable fin, sans aucun rocher ni danger ! Soit, il n'en sera pas ainsi, vers ces destinations, des pointes et caps, le long de ces bras de terre qui loin dans la mer trient et parfont le choeur  enivrant des jours d'hiver, des équinoxes et d'un solstice renommé pour ses violents grains blancs.

Ces Images nous viennent du Grand Sud et d'ailleurs, indifféremment des deux côtes insulaires, au gré des vents locaux ou  saisonniers, là où les vagues semblent se cacher, ne livrant leur ineffable beauté qu'au fil de l'aventure, du solo, de la prise de risques inconsidérés, de la déraison, aux confins de la solitude et de l'oubli.

§ 

MARIN 

 

OUTSIDE_PHIKARIA_

 

OVERMAST_URIENTI_

 

LINE_UP_SIDE_SHORE__AMPLITUDE__001

 

UN_AUTRE_REGARD_