TEMP_TE__MEDITERRANEE_

 

Ô chant mélismatique de la mer
quels dessins mélodiques     quelle foi
révèlent la déchirure des anges d'écume


En volées d'embruns   le vent et la roche
fabulent quelques fumerolles qui eussent ravi
l'univers dantesque    tant d'apothéose
où l'eau azurée au souffle d'un Ciel
se ressource et jamais ne trahit notre île
l'univers de  tout ce qui est engendré


Il ne me reste que ce plain-chant de harpe
la Lyre des plus hautes lames
La vérité souligne ici-bas  l'humble sillage
comme elle s'invite en silence au large
et demeure si profonde 


Ainsi de confier ses  allants sereins
errant pour toujours en l'instant révéré
de clarté que diluvie d'éternels encens


Lointaine scansion  palpitation chorale
j'abandonne à mes sens vogueurs
le soin de guider le vieil attelage
Alors  de rejoindre seul et sans ambages
l'éternel en allé     un mirage sur les flots

MAR-UN  -  Sur les Flots -