DSC01063

 

 

BARBARA FURTUNA IN CANTU 

 

 

Sanctuaire déchu     au nom du lien
au-delà du sang     recueille le silence

Une pensée   une prière que l'encens
et la liturgie vers l'Azur   élèvent

Demeure au vieil amer    Adieu  père
aux petits enfants depuis disparus

En ton abside arasée plane  feue
l'ombre fraternelle de la folie

Nos plaintes criblées de larmes
à la transe des vagues se sont mêlées

Un genou à terre     le front prosterné
Je confesse   au petit Choeur sans vie

A l'autel de pierre grenue aussi   que diluvie
l'embrun    le grain lourd  des Aquilons

Quel thrène     quelle affliction ici
m'accompagnent en mer  et  me reviennent

En vain    le dictame apaisant des cieux
l'ivresse hiémale du myrte constellé

Un voile étrange  ce filigrane
où coule l'encre de l' inépuisable passion

Confiteor                Vers qui alors   cet hosanna
Ô stèle marine             Maris  Stella  vois

Je ne laisse plus d'arriver
délivre-moi de ce corps rebelle

A la mort qui s'esquive encore  à flot
et toujours prompt à  survivre sans l'autre

Petite chapelle        immémoriale supplique
entre la meurtrière et l'entrée béante

Du Levant au Ponant   " Frère Soleil "
nous mène vers le champs des étoiles

Point d'apparat    aucun artifice
j'aime ton dénuement   et de Pierre   ta vérité

§

MARIN - Le Chant des Etoiles -