PHIKARIA_EXPOSE_

 

 

SOLO 

 

Laisser  comme  reléguer  ces entraves

Qui au paraître  bassement  s'accouplent 

Arpenter d'autres horizons prodigues  où l'Amitié  

Au vol du Puffin ressemble et ne blesse  plus 

Tutoyer ces chants parsemés d'étoiles 

Où divaguent  les muses  et les anges d'antan

Mais au grand jamais côtoyer les mots stériles  

Au  regard  parfait d'oeillères

Qui ignorent  d'ignorer et feignent  en profondeur 

 

Au large  marin   

Debout  

Hardis les gars 

Là-bas sont de belles  sirènes  aux galbes damassés 

Qui des bourrasques  se jouent et revigorent  le pèlerin

De l'azur   des lames ultramarines et secrètes

Vois ce que cette Ex-Île t'offre de joyaux    

D'ivresses marines 

Ô  lumineux rivages   dunes ondées 

 

Du Levant au Couchant

Vogueur-Nomade

Va et vis  chevauche la destinée du désert

Qui t'appartient comme tout  un Pari Pascalien 

Loue  ses  longues houles  sublimes qui ceignent

Un front d'îles  dont les  jours

Depuis  les amalgames triomphants  sont décomptés 

 

Au solitaire  ces thébaïdes éthérées  et pétrées 

Où  migrent  les vents  les lunaisons 

Comme un vol de Sternes Pierregarain 

Ces langueurs océanes  renaissant de l'hiver

 De la poésie de l'absinthe juste maudite 

Du Bateau Ivre 

Et de l'Albatros toujours incompris 

 

J'irai mourir  de ne pas mourir 

Quand de perdurer au vent d'un jeune désir 

Sans qu'il me coûtât   de l'isoler 

Mais de quêter  d'entre mystère et révélation

Ces arpents d'extase

Glanés au fond des yeux irisés  de la mer 

 

Là où aller  Alter Ego    inutile de suivre ce  sillage

Il est déjà trop tard  

Et si d'aventure une lame  sonne le rappel  

Au large de l'espoir  n'entreprends  rien 

Qui ne révèle alors le sort sordide de l'indifférence

Et du mépris à consommer  le mensonge 

Ce simulacre d'amitié délayée au gré de la cour 

Et des  glorieuses vanités 

MAGANGA -  Terre d' Ex-Île  -