DSC02958

Bouche de Bunifazziu - 06 Mai 2016 - 

Une île, toujours en voyage, en partance, saison ou ailleurs prodigues ;  une Île, ainsi qu'un songe, la fin d'un rêve à l'aube qui  se révèle. Le genêt corse donne et les guêpiers volent en essaims...

Voici le ROYAL CLIPPER

Cinq Mâts pour 135 mètres de long, un Voilier de Croisière de Luxe pour la Méditerranée, ici, dans les Bouches de Bonifacio

 

Au détour d'une pointe, d'un cap, - il y  en a tant tout autour de l'Île - : une apparition ! Certes, ce n'est plus un vieux gréement mais une réplique ! Les oeuvres vives auront été toutes changées, remplacées, mais ce Cinq Mâts filant à sec de toile, évite aussi de remonter le cours  obstiné du Levant.

Eussions-nous été  en 1820, ce même navire auraient arboré sa cathédrale de voile, déployé huniers, cacatois et clin - focs pour honorer  les vents du Détroit, saluer les Îles de Corse et de  Sardaigne.

Navire école ou bateau, yacht de croisière : nous ne le savons pas encore mais le concept serait  porteur et profitable à la Nature. Les machines et le moteur  étant sollicités à la demande, pour les manoeuvres de port ou peut-être aussi, en fuite, face à la tempête, ou  bien appuyant la voilure lors de longues remontées au vent du grand  voilier ...

Scène hétéroclite ; la coque glisse sur l'azur, laisse derrière elle ces falaises de craies que le maquis dense recouvre. Rien à l'horizon que la silhouette imposante et multiple de la mâture, de ces espars, jadis forêt de bois nobles mus pas tant de manoeuvres, de plans  et d'écoutes, le tout emmené à travers le chant des marins, le choeur de la mer et des océans !... Poursuivons notre quête, écrivons et témoignons ! Que notre ère, désormais, songe à reconquérir le temps perdu à le gagner, à renouer avec  les desseins de la mer, du grand bleu, ces richesses inestimables qui destinent et dessinent  à nouveau la fraternité et la paix, à travers la Mer retrouvée.

§ 

MARIN 

DSC02978_001