L_ENFER_DE_DANTE_

L'Enfer - DANTE ALIGHIERI - 

 

LA NUIT ET SON INTERMINABLE TRAÎNE 

 

La nuit s'obscurcit
encore plus profonde
désespérément noire et mouvante

Les constellations
abandonnent aux pèlerins
l'issue d'un exil qui les distancent du Ciel

Le silence de la mer
est habité   comme hanté 

Le deuil s'ente 
aux heures sombres
du naufrage
depuis les étoiles
lorsque l'azur
se dérobe au lien essentiel du message à la mer

l'horizon n'est plus que néant      Antre émergeant 
d'entre le  noir et le blanc
des horreurs prophétiques

De ces étendues oniriques
qui me portent
et me révèlent
l'eau-delà   des îles  hospitalières 
montent le thrène
la plainte obstinant
la supplique affligée
d'un multiple  chagrin
que les vents traînent
en lavant leurs clartés  
de l'opprobre
des injures incessantes 

Le blasphème  la vengeance caracolent 
dilacèrent
à toujours la Lumière  
puis tranchent le reflet de l'Unique

Je pense   le coeur brisé
voguant   errant
Sur les brisées du Verbe
Je me réfugie comme je  pleure
le sort des déshérités
l'inommable destinée
de l'enfant  de l' innocent

De cet enfer  qui dérive
depuis la géhenne du feu
au tout artificiel et éphémère 
Fatalité signe l'aveu de l'échec
qui vient et sourd
en consacrant l'intervale des chimères 

Mais puissent le chant
la voix apaisée
l'au-delà des mots perfides
un choeur humain
se donner la main
esquisser au loin
les vérités pacifiques du Levant
à l'ombre du Ponant

§ 

MARIN - Terres d'Ex-Île -

Pensées en Mer de la désolation  / Mare Nostrum ... Texte juste pensé, effleuré en Mer,  au coeur des flots  carmins de la Grande Bleue, depuis les siècles des siècles  

 

DANTE_L_ENFER___Gustave_DORE_