DSC09477

 

Village abandonné - Chaînage d'angle et savoir-faire d'antan ! Entre l'authentique maison de pierres taillées et l'habitat moderne totalement intégré, il  n'y a juste qu'un pas politique à assumer. Rien ne serait plus beau que cette Île recouvrant  " Terroirs Insulaires " et goûts ponctuant savamment nos villes et nos campagnes, le Littoral

...

Bossuée, pétrée, montueuse, vertigineuse, combien de qualificatifs, de superlatifs conviendraient à décrire une île dont les charmes essaiment de la mer vers le ciel et des cimes vers la Grande Bleue !

Verserions-nous encore dans les lieux communs et la description faciles que la carte postale tente de parfaire, encore et toujours, lorsqu'elle se vend bien à l'approche des étés de plus en plus saturés.

D'aucuns parviennent sur cette Terre et font de l'image-nature un fond de commerce festonné d'authenticité tout en se confondant en atermoiements, en sensiblerie de circonstances, rendus qu'ils sont aux affres d'une  modernité mal assumée. Chez ces gens-là, on ne s'embarasse pas des choses qui fachent, de cette réalité qui viendrait entacher le cours du temps, des métamorphoses toutes naturelles d'une Île à part. On se préserve, puis on  fait du fric selon ses vues et ensuite, on se sauve ailleurs, là où il reste encore quelques arpents de particularismes à croquer, à prostituer à  l'écran ; c'est si facile quand il aurait été bien plus secourable, justement, de poser les vrais problèmes que tout documentaire s'évertue à traiter.

Une île, ce  n'est pas seulement son passé, son histoire, un environnement particulier, aussi pregnants soient ces données, ces constantes. Une Île sera avant tout ce que nous en ferons,  à partir d'un  socle commun très riche, des réalités multiples, des legs de nos anciens pour bâtir et imaginer un avenir de prospérité, de respect, où la Nature et l'Homme pactisent sans relâche pour trouver le compromis rare de l'harmonie, de l'esthétique, de l'intégration aux milieux qui nous caractérisent, diversifiés à souhaits.

Et de n'avoir de cesse d'insister, de persuader, de convaincre, d'alerter sur les possibles dérives du marché, d'un développement fou qui à terme menace l'entité insulaire dans son ensemble. Comment oserions-nous rejoindre et atteindre les sommets d'une uniformisation de l'urbanisme, à tous les niveaux, se généralisant à tous les secteurs d'une activité économique morcelée dont aucun garde-fou ne nous préserverait de l'indésirable, l'insupportable, balayant tout ce qui fut il y a un temps notre spécificité ! Cela n'est pas envisageable, suicidaire et blessant pour notre Terre, tout ce qui fait en définitive l'exception Insulaire Corse, ses Villages, son architecture, ses bâtis de pierres splendides et si variées, le mariage du bois et de la pierre comme matériaux nobles et endémique !

Si des milliers d'initiatives et de projets voient le jour, prospèrent, respectueux de ces grandes lignes, il en sont d'autres susceptibles de tout  masquer, abîmer, tant l'anarchie et le manque de contrôle demeurent patents et redoutables.

Il s'agit bien là de toute une politique de la ville, de l'urbanisme, du développement durable, qu'il convient de mettre en place, avec toutes les garanties possibles d'un cahier des charges draconien, drastique, nous l'avons déjà évoqué, pour que le couple Progrès-Evolutions suive les principes élémentaires et pérennes de toute intégration au milieu, véritable point de force du discours politique, de l'initiative individuelle, de l'esprit communautaire  seyant à un ensemble de Micro-Région qui ont l'impérieuse nécéssité de recouvrer partout leur visage d'antan, parfait des subtilités d'un modernisme maîtrisé.

§

Ghjorghju d' OTA, pour CORSICA...GO56