LUDOVICO EINAUDI 

et 

son ODE BORÉALE 

 

 Point  de discours politique glauque et vaseux !  Aucun satisfecit auto-proclamé parachevant l'incurie des Sommets, des Conférences où l'on se situe... 

Insolite et tout autant, merveilleuse image que celle d'un grand Musicien qui se fond sur la blancheur révérée, immaculée de l' Arctique que d'aucuns éminemment puissants souillent !

En ce jour où la Musique est fêtée dans plus de 100 Pays, quelle plus belle initiative viendrait coiffer, reléguer ce Clip dont le silence et l'accord en disent long sur les préoccupations des hommes intelligents,  épris de beauté, de Nature, sensibles.

L'assocation Art / Nature est du plus bel effet, solennelle. Les images parlent d'elles-mêmes et la Musique de Ludovico Einaudi nous subjugue comme elle transcende le réel. Au-delà des illusions, des clichés aisés,  des hommes s'engagent sur d'autres fronts, encore plus percutants  tels que  la poésie, le coeur, l'univers étrange qui effleure nos cordes les plus réceptives à l'harmonie, au langage commun de l'émoi.

La raison s'efface pour laisser place à l'esprit des choses. Origine et vie renouent ;  le pacte est à nouveau scellé, telle l'Alliance des Hommes à Dieu, à la Création ...?

 Élégies ! serait-ce de la  grandiloquence ou tout simplement  une re-connaissance des hommes envers l'un des  berceaux de l'humanité ? De ces immensités jadis habitées, peuplées d'une faune exceptionnelle, il ne reste que la perpétuelle débâcle de la  fonte anachronique des glaces éternelles !

S'il est des priorités à choyer, elle se trouvent bien à  ce niveau, sous ces latitudes, qui ouvragent le temps futur ou alors le détruisent avant que nous nous en rendions compte, pour avoir été ignorées, déséquilibrées ... Mais il est déjà et depuis longtemps trop tard.

La surproduction mondiale, la sur-exploitation des sources d'énergies et des ressources terrestres et marines concourent à l'état déliquescent de la Planète Bleue ; certes, il reste bien quelques poches ou enclaves authentiques ;  mais si l'on devait dresser un bilan global et objectif : que découvrions-nous ? Une Terre impactée à un point de non retour, du ciel aux fonds marins, que seuls des millénaires débarrassés de toutes exploitations humaines pourraient ramener au cours " normal " des choses et du vivant, de l'étant d'avant la grande révolution industrielle.

L'Artiste nous dit de veiller, de faire attention, de prendre toutes les précautions afin que ces vastités blanches  recouvrent à la fois leur manteau de glace mais également, le cycle prodigue des saisons, toutes les migrations souhaitables de la faune océane et  continentale.

§ 

 

CORSICA...GO56

pour 

 GREENPEACE  _  LUDOVICO EINAUDI