Un Grand Merci, Respect, Admiration  pour  tout ce que vous faîtes, créez, véhiculez et partagez ici ! Et cette présence de la Mer omnipotente que vous sublimez  à travers ces chants, ces Voix et Polyphonies solennelles ... La gravité et le silence de cet univers qui emporte tout, véhicule impavide d'une mémoire oscillant entre Dieu et l'enfer des enfers ... Pour le dire, il faut le Chant, ces Chants toujours incrées, surgis du créé avec passion et amour de la Terre.

Corsica...Go56 è Marinaru  

 

BARBARA FURTUNA 

 

Corre l'ora nant’ à to vita
Nimu casu ùn ti ferà
More l'ora corre a vita
Mutu chì vai digià
Mare… tacerà

Corre l'ora cum'acqua linda
Nome ùn ti ne fermerà
More l'ora quale tù sia
Pienti ùn si ne senterà
Mare… scurderà

A mondu paru, u celu chjaru si spechjerà
Senza ricordu, u ghjornu novu si peserà
Corre l'ora, a so prumessa
Vita nova à sunnià
Core more a to tristezza
Un c'hè locu da scalà
Mare… sbaglierà

Corre l'ora à brusgia sole
Nimu n'ùn ti salverà
Pelle mora a vita spoglia
Nunda n'ùn ti fermerà
Mare… ingulerà

A mondu paru, u celu chjaru si spechjerà
Senza ricordu, u ghjornu novu si peserà
Corre, morenu l'ore, senza rimore, a vita và
Corre, chi nunda pare, duv’hè l'amore ? a vita và

 

Auteur : Jean Philippe Guissani
Compositeurs : Maxime Merlandi – Fabrice Andreani

Discographie - Barbara Furtuna

 

MARE NOSTRUM

 

Le temps coule sur ta vie
Personne ne te portera attention
Le temps s’arrête, la vie continue
Muet tu disparais déjà
La mer… se taira

Le temps coule comme l’eau claire
De nom il ne te restera point
Le temps s’arrête qui que tu sois
On n’entendra pas de pleurs
La mer… oubliera

Un ciel clair reflétera un monde identique.
Un jour nouveau se lèvera, amnésique.
Le temps coule, la promesse
D’une vie meilleure
Le cœur meurt, tristesse
Il n’y a pas de lieu pour débarquer
La mer… trompera

Le temps coule soleil ardent
Personne ne viendra te sauver
Peau sombre, la vie dépouille
Il ne te restera rien
La mer… engloutira

Un ciel clair reflétera un monde identique.
Un jour nouveau se lèvera, amnésique.
Le temps passe, le temps s’arrête, sans bruit, la vie continue
Le temps passe, rien n’y parait, où est l’amour ? la vie continue

§

 

 

DSC09968_001