160531_160601_dauphin_echoue_porto_polo___17_

 

Photo T.H - Echouage Porti Poddu / Corse  - 

 

En guise d'épilogue pour un Thème d'étude des plus intéressant et d'actualité, voici un Plaidoyer à destination de l'animal et contre les souffrances qu'il endure, partout, sauvagement, intensément ! L'homme en arrive aujourd'hui à s'en prendre à son prochain sur des niveaux d'organisations de la guerre impensables, horribles ! Alors, du statut de l'animal passé par les armes de la technologie commerciale, il n'y a qu'un pas qui fut franchi il y a déjà bien longtemps...  Logique dogmatique ancestrale, instinct de dominance ou de prédation exacerbé : allons-nous poursuivre sur ces funestes voies  jusqu'à l'extinction des espèces, de leur substrat marin et végétal ...?

 Thierry HOOLANS nous a livré dans son étude les éléments d'une problématique porteuse d'espoirs dans le sens où ses éclairages in situ, sans déranger l'animal, - en l'occurence, ici, les Cétacés et les Dauphins -, permettront de dégager un savoir-être et vivre auprès des animaux pélagiques les plus respectueux d'un contexte, d'une destinée favorable à l'échelle de l'espèce, de sa survie ...

La connaissance sur le terrain  et l'observation oeuvrant à parfaire la cohabitation heureuse Nature-hommes. Des hommes  qui doivent plus que jamais se plier aux injonctions des équilibres de la Nature pour entrevoir une hypothétique harmonie, un partage mesuré de toutes les ressources de la Terre, des Océans. Car si les animaux sont en péril et périclitent, ce ne sont là que prémices inéluctables de notre déclin. Locataires sur Terre, laissons aux générations futures les bases d'un pacte nouveau, d'une alliance respectueuse de la Vie engendrant tous les maillons de la vie.

L'Ethologie vaudrait tant pour l'étude du règne animal mais plus encore, à l'attention des humains qui refusent obstinément de se voir et de se regarder " évoluer " en satisfaisant aveuglément à leurs besoins exclusifs, sélectifs à l'envi, saisonniers, au-delà  de leurs  ancestrales nécessités, hypothéquant et impactant  désormais l'avenir  viable de la Planète Bleue.  Rien n'aura changé, la technologie industrielle aura tout bouleversé et aggravé portant les massacres animaliers à la hauteur des enjeux commerciaux et  financiers. Sommes-nous enfin prêts à observer, comprendre, embrasser, aimer la vie pour adopter vis à vis du Milieu une attitude responsable et non consumériste à outrance ?

CORSICA...GO56 pour Thierry HOOLANS 

 

LE LIEN

https://www.facebook.com/adn.passpartou.hoolans.thierry?fref=ts 

Thierry HOOLANS, Ingénieur naval de formation, travaille à la réalisation d'un Projet basé sur l'Observation In Situ des Animaux Marins Pélagiques, notamment les Dauphins. Il confectionne avec toute la minutie requise un Planeur destiné à l'Observation furtive en mer, autonome, indécelable pour nos amis cétacés !

Souhaitons-lui réussite et efficacité pour cet engagement envers les Delphinidés, les Cétacés qui n'aura d'égal que son amour et sa passion pour le règne animal et nos amis les Dauphins, les Baleines, les grands migrateurs océaniques. Un discours de vérité, de clarté et d'évidence ont ne peut plus ancré dans la clairevoyance et le réel. Merci, Thierry,  pour ton Engagement remarquable, incessant, si productif...!

 

 http://marin56.canalblog.com/archives/ethologie_/index.html

 

13259997_1688615221399701_1075217304479934056_n

 

Sensibilisation / Education / Formation 

 

EN GUISE D'EPILOGUE    CES  PENSEES     PAR THIERRY HOOLANS 

 

Dans son histoire, l'humain a cru qu'il était au centre de l'univers, que la terre était plate et que les étoiles ainsi que le soleil et la lune tournaient autour de cette plate forme.  Petit à petit, il s'est rendu compte qu'il était lui même comme un grain de sable dans l'immensité des dunes désertiques. Aujourd'hui, encore, L'espèce humaine considère les autres espèces comme subalternes.

Anthropocentriste, il s'est toujours considéré comme l'être le plus parfait, le plus intelligent, le nombril du monde. Comme autrefois, certains refusent d'admettre que l'homme est un  singe.

Et pourtant, il faut bien se rendre à l'évidence. En admettant une différence sur la forme d'intelligence mathématique, qu'avons nous de plus que les animaux ?

On se permet de les faire souffrir.  

Au nom de coutumes ? 

Pour une offrande, mais à qui ?

Par vanité dans des combats, de quel droit ?

Et d'autres souffrances dans les transports, dues aux mauvais traitements, etc...!

Tout en respectant la place de l'humain en tant que prédateur, je ne connais aucune autre espèce qui tue pour son plaisir ou pour se sentir supérieur.

Pourquoi ?

Peut-être pour satisfaire un complexe d'infériorité.

Les Animaux ont, pour la plupart, plus de sens et ces sens sont beaucoup plus développés que les nôtres. Ce qui demande au cerveau plus d'interprétations, donc, plus de développement.

Si les sens et le cerveau sont plus sensibles aux agressions extérieures, il est logique de penser que les animaux souffrent beaucoup plus que nous.

Et de toute façon,.... !!! En cas de doute, s'abstenir ! ! !

Les animaux ont aussi une sensibilité affective, peut-être plus forte que nous.

On ne se rend pas compte du mal qu'on fait aux survivants quand l'on tue l'un d'entre eux.

Ils ont aussi une vie sociale, peut-être différente de la nôtre, mais certainement tout aussi importante à leurs yeux, donc, cela doit être important à nos yeux également.

Alors où est la différence avec nous si ce n'est que dans la forme ?

Si ce n'est que pour la survie, nous n'avons pas plus de droits sur les animaux que sur d'autres personnes.

Car, eux aussi, ont des droits et il faut les respecter.

Ils ont le droit de vivre tranquille, sans qu'on vienne les déranger avec nos véhicules lors des safaris, sans qu'on vienne les chasser ou les pêcher, sans qu'on les emprisonne pour la risée de quelques spectateurs pour un profit tel, que ces animaux ne ressemblent plus qu'à de la marchandise.

Ils ont le droit d'être considérés, qu'on leur laisse leur place pour vivre ainsi que leur habitat naturel.

Sans qu'on les déménage pour des intérêts financiers. Alors qu'il est tout à fait possible de vivre en parfaite harmonie avec ces animaux qui pour l' instant, nous craignent, pour la plupart. Après, une convivialité pourrait s’installer...

Leur monde et notre monde sont les mêmes, nous courrons à notre perte si on veut éliminer les animaux en pensant supprimer des concurrents.

 La végétation a besoin d'eux comme ils ont besoin de la végétation !...



Thierry HOOLANS