LIEN 

 

CET ARTICLE QUI POSE UN CERTAINS NOMBRE DE PROBLÈMES

http://www.liberation.fr/futurs/2016/09/03/energie-la-transition-vers-un-nouveau-modele-est-devenue-irreversible_1478706

 

DU CLIMAT_SOCIAL  

L'Equinoxe d'automne n'est certes pas passé, l'été est bien là, mais avec quelle virulence, tant d'obstination ! Sitôt une perturbation emportée par les vents  que les touffeurs d'un été  torride et brûlant s'emparent à nouveau de l'atmosphère Méditerranéen... Un autre été qui se rajoute à l'original ; sans  copie conforme mais plus pernicieux, saison hybride, parfaitement anthropique, sur fonds acres de terres brûlées, de plages dévastées.

Pas de répit, pour personne, exceptés celles et ceux qui prônent les énergies renouvelables, la lutte contre le réchauffement, bien réfrigérés qu'ils demeurent dans leurs bureaux  de luxe ! Nous avons connu cela, sous le cagnard, dans les vides sanitaires en guise de salle de cours, des décennies durant ! ... C'est de bonne guerre tandis que des millions d'enfants et de jeunes, de citoyens   sont précipités de gré ou de force dans les cloaques toujours chauffés à blanc de ces établissements prisons où s'entassent corps et âmes, les forces vives  de la Nation, des forces vives sur lesquelles on tape à l'envi au moindre accroc à la discipline et à l'ordre établi de gauche, en quête de revendications ô combien légitimes, résolument mâtées ! 

On ne badine pas avec le devoir civique ! Qu'il fasse 40 ° C  n'intéresse personne, encore moins les tenants du Comput sociétal  éminemment patronal   ! Un système qui en définitive nie et écarte toute considération d'ordre biologique quant au bien - être de ses sujets, lorsque bio-rythmes, horloges internes bafouées attentent à la vie, condamnent les êtres devenus les plus fragiles  ! Les chercheurs, les grands professeurs sont en l'occurence là pour la vitrine, la démonstration inutile dont le pompeux et le haut placé se gavent  pour contrôler et manipuler leurs  ouailles,  parfaitement dressées ... C'est très grave, car les effets de telles négligences conduisent à la déliquescence et à  la fragilité  sournoises de nos sociétés de plus en plus exposées aux négligences fondamentales, aux donneurs de leçons, à nos sociétés bloquées  ! 

Et c'est ainsi que l'on apprend qu'il meurt par suicides, chaque jour en France, plus de personnes qu'il n'en décède sur les routes !  Des milliers de suicides annuels, dans la régularité morbide des guerres, des  victimes de l'alcoolisme  et des tabacs surtaxés ou, d'une alimentation fondamentalement  déséquilibrée ! Le monde est ainsi fait, tout autant rude et cynique, qui n'en parle pas  ; le peuple va, se rend, résigné, accablé de chaleur, alors que l'été  enrage, affole, affaiblit plus que jamais les organismes et le mental affectés par tant de changements radicaux dans nos conditions de vie et de travail. Ajoutons à ce tableau les perspectives des jeunes qui travailleront jusqu' à 70 ans, afin de mieux mourir sous assistance, sous le prétexte fallacieux que l'on vivrait plus longtemps, ce qui représente  avec l'arrivée de l'Euro, la plus grande des supercheries technocratiques de  tous les temps ! 

Le  temps des saisons a changé, va être bouleversé, frappera dur  ; le sens de la mesure n'est plus ! Les chiffres disent bien ce qu'on veut leur faire dire ! Venant d'en haut, numérisés, pas de contestation possible. Plus  de canicule, des pics de chaleur seulement, les calculs des moyennes et des écarts types auront relevé très haut la barre afin de contenir la contestation !  un aléas météorologique, sans plus,  mais les langues se délient, les observations se multiplient,  l'écart se creuse entre protagonistes du désordre établi et le bon sens commun ! Notre quotidien est fait de paradoxes, d'anachronismes, de césures fondamentales entre le cours des choses et nos capacités à s'adapter à ces changements radicaux ! 

Les classes, les lieux de travail  sont un enfer, 34°  voir 35 ° C  pour enseigner et se concentrer, affronter les heures interminables  de  la chaleur lourde et pesante que la terre ne laisse plus de rendre à l'atmosphère, elle -  même sujette à une irradiation solaire hors norme. Impossible de rester, de marcher au soleil de Septembre, là où il y a quelques décennies, nous peinions à  tenir contre le fort mistral, déjà si froid en milieu rural et si frais ailleurs, qui annonçait le véritable changement de saison.  Alors, on le sait, il faut se résigner, Octobre poursuivra sur cette lancée de températures infernales au soleil, il ne pleuvra  plus dans le Sud pendant des mois !...

Que les opinions se mobilisent et luttent pour un bien - être légitime sous peine de rendre l'âme par des conditions et un cadre  de vie et de travail insupportables ! Que devient l'existence dans les villes surchauffées, privées de leurs couverts végétal, gagnées de plus en plus par le ras de marée bitumineux que l'on connaît, le tout dans le vacarme assourdissant d'une termitière géante, d'un flux de véhicules tentaculaire ?  Il faut réagir et vite, avant qu'il ne soit trop tard ! Le monde ne peut ainsi courir à sa perte et l'homme perdurer, endurer, vivre de tels affres quotidiens de servitude, jusqu'à connaître parfois les conditions de l'esclavage, de la prison sans murs des devoirs tyranniques et déséquilibrés.

Le Climat déréglé  exacerbera la donne et la mise, nos facultés de réaction et de tolérances aux agressions de toutes sortes ! l'air deviendra irrespirable, intenable, insoutenable ; nous le voyons très bien en considérant l'état de santé d'une population de plus en plus fragilisée, exposée, sujette aux attaques d'une surproduction de masse trafiquée, infectée, manipulée.

Damnation divine, le travail  et ses lois tyranniques  irresponsable, castratrices désormais ravagent  plus qu'il ne fait  prospérer ! Il avilit dans le sens même où son organisation n'accorde plus au temps  quotidien et libre le loisir de se former, de s'instruire, de lire, de se détendre, de s'ouvrir enfin, de vivre épanoui et équilibré en inter-agissant favorablement avec le milieu naturel et urbain. Est-ce tant  ou trop demander à une société de progrès, pour l'ensemble des populations et catégories socio-professionnelles, point où de graves écarts sévissent ?

 

Il est bien plus rapide d'opérationnaliser le prélèvement de l'Impôt à la source que de veiller à l'essor équilibré de nos sociétés dont  les excès et le cadre dérapent ! Mais ça, ils savent faire !

Le travail constitue désormais les 5 / 7 ème du temps que la vie nous offre, le reste étant dévoré par le sommeil réparateur et les nécessités vitales ! Le Monde va très mal, il  tente de subvenir et d'endiguer ses ratés, son incurie, ses dysfonctionnements, de béantes bévues et erreurs de stratégie en multipliant déjà une pléthore de services curatifs inefficaces en lieu et place d'un traitement à la source du mal - être ! Comment imaginer plus de 3000 Suicides en France, sans évoquer les milliers de tentatives manquées ou évitées de justesse ? Que signifient ces chiffres, de quoi rendent-ils compte ? Est-ce là un bila sain ? 

Comment penser, évaluer   raisonnablement un vacillement des masses laborieuses vers le sud et  le temps libre confiné sur 2 mois d'été ?  Un troupeau de millions de véhicules qui se suivent sur les routes, dans un sens comme dans l'autre, avec  les dégâts que tout cela engendre, sur le plan de la santé mais plus encore moral ? 

Ainsi d'évoquer le climat qui aura été bouleversé par les tenants des systèmes actuels, mais plus encore, les sociétés qui en résultent, portées sur le socle, le piédestal du modèle à suivre, le tout en gommant ces dizaines de milliers de sujets - acteurs qui ne se reconnaissent plus à travers la grand messe de l'inutile, de la destruction généralisée, de l'argent roi, de la course effrénée à la richesse et ses vilenies.

Après l'été météorologique, voici venu le temps d'un été qui n'aura rien d'indien ! Une sorte de rémission d'un mal nouveau, chaque année plus virulent, bousculant l'ordre établi des astres, les repères que nous suivons tous et que la minorité tente d'évincer. La cinquième saison porte en elle les germes de la décadence, du divorce  des corps et de la con-science, des con-nivences d'en-haut.

Le dérèglement climatique aura irrémédiablement des effets catastrophiques, de plus en plus visibles sur l'état de santé mentale et physiologique des êtres humains. Agir, avant qu'il ne soit trop tard, car il est déjà trop tard, nous nous trompons de grille de civilisation et de voie. Comme le disait Pierre Rhabi, tout serait dans la sobriété et le juste équilibre des choses de la vie et du quotidien, le respect même de la vie que la quête des  profits  en définitive assassinent  à pas de géant étant par trop envahissante et prégnante

Ghjorghju d'OTA 

Pour CORSICA...GO56