DSC04217__1_

Pour avoir tant levé les yeux,  Ô Ciel !  et  pensé l'éclaircie qui m'eût délivré des murs d'une prison  ouverte où continuent  de mourir et de souffrir les liens de l'Azur, ce texte énigmatique que je dédie au vitrail sans nef  que l'on ne voit que sur la mer, l'océan, sur fonds d'horizons sombres,  que diluvient des cordes de pluies acides et sanglantes  ...! Par le mal de terre qui tourmente et blesse, s'évader, là-bas... Une éclaircie, tout en poésie, la seule qui vaille d'oser l'inconnu(e), qui m'attend comme elle veille au départ providentiel. Une éclaircie qui parfois revêt les contours d'un vaste coeur serti de neiges éternelles

MARIN

 

ÉCLAIRCIE

 


Faut-il que le Purissime 
si tôt s'assombrisse
Ô  grain noir   cerné d'inconnues
toi  qui exalte ses clartés

Une fenêtre bleu-de-ciel
sur la mer suffit à dire le sens
la ré-volution d'une vie 
que deux psychés partagent

L'absence marque au  visage
noue de ses liens pesants
les troubles bipolaires
de Psyché     l'unique

Et par les champs choraux
des vastités      l'azur d'une idylle
monte comme un cantique
à la nuit constellée de l'hiver et d'Océan

Une nouvelle supplique de nous se lie
au silence des années-Lumières
l'accès  déraisonable
s'ente à la migration de l'hirondelle

Mais de l'obstination lancinante
de l'absurde  existentialiste para-normé
des mots conformes et galvaudés 
las d'obéir et de se soumettre
au troupeau innombrable  à la pensée unique

Une éclaircie 
pourquoi     ici      maintenant    
la profondeur
m'est un  chant abyssal que l'abîme
parfois reflète    qui m'eût nommé
humblement marin à terre
qui sait     ou peut-être bien     autrement
hier     demain                                        jamais
en cet instant présent où l'on se devine
comme on     pressent  l'éternel
l'illusion d'un tout  illusoire 

En ces  bribes harmonies
qui mûrissent avant de s'envoler
de migrer au-delà  du  vitrail
en remontant  la voie de la lumière

Romps les amarres
là-bas est l'éclaircie  
la rive qui brasille
aux vents stellaires de l'échappée
des énigmes que tu contes ici-bas 
et qui vous rassemblent en - haut


Hâte-toi d'écrire     ce que tu panses  
et portes de blessures      dit le poète
car l'embellie  vous  sera prodigue
et non miséricordieuse

§

 

MARIN -  Océanique -  2 ème Ecriture et à jamais en cours

3 ème Ecriture  / Perdition