Chateau_d_eau_d_eau__2__001

3.2 m2 et c'est la violente tempête que le Rider peut étaler, exploiter, quel que soit le thème de la sortie : Sauts, Surfs, voire Moves ...

 

" MAKAYA "

Notre soliste exilé, se ballade,  ici par violente tempête !  Sur le cliché du bas, dans les mêmes conditions, ailleurs  ; les 3.2 existaient pourtant, qu'il n'utilisait pas, pensant tout étaler avec 3.7 M2 !... Vaine gageure, impudence  ou prétention de bon aloi des grands et des parfaits  voyageurs.

Non, bien sûr, la 3.2 M2, voir 3.M2 devient désormais incontournable pour qui souhaite emprunter les folles arcanes des vents furieux ! Et de là, naviguer, comme s'il en était d'une bonne 4.2 M2, voir 4.7 M2 : le résultat est  probant, remarquable ; les voiles auront fait de tels progrès, les mâts aux indices IMCS également, ramenés à leur juste proportion : 3.40 m, voir moins, pour certaines marques et des voiles inférieures ou égales à 3.M2. Il faut y penser, réfléchir, car c'est un atout dans le Quiver, pour peu que le flotteur, ses volumes et son shape, enfin le programme correspondent de très près aux exigences de la voile, sa coupe, son utilisation aussi dans les vagues ...

MAIS 

En haut et à droite de la photo du haut, considérer cette vague solitaire qui lève et toise le rivage. Une sorte de scélérate qui déferle désormais fréquemment au-dessus du plateau de Ventilegna...  Des tailles hallucinantes, dans une mer bouleversée, creusée, percutant ses vagues l'une contre l'autre, entre les retours d'une effarante réflexion de la côte ciselée  et l'arrivée des puissantes houles du large !

Ci-dessous, il fut un temps,  un seul mât gréait le quiver de voiles, alors, forcément, la têtière, cette sangle qui battait ou qui se déployait, oriflamme aventureux des intrépides à la recherche  du chaos

...

Testarella_Side_On