CIMG6099

 

Archives Wavesailing / 2000 

 

NOUS NE POSONS PAS D'IMAGES SUR CE POST 

Y ALLER SUFFIT 

Voici la Libre Opinion de Ghjorghju d'OTA que nous publions dans son intégralité 

 

"  Oui, on fait de l'image 3 D, du 4 K,  de loin ;  vues surplombant ces étendues qui tentent de rayonner ! Mais, que l'on vienne, à terre, à pieds, découvrir en définitive ce que l'altitude cache, ce que ce biotope spécifique supporte d'outrages  et de transgressions ! 

 

Orthographié Ciantarilla ou Ciantarila en Bonifacien, qui désigne  le nom commun de Piantarella ! Un petit ruisseau, a Violina,  se donne là-bas à  la Grande Bleue, face  à l'étang, vers le  petit Sperone, " u  Spirun ", toujours en Bonifacien  !  

Ciantarilla, lieu jadis, ( Moyen âge ), réputé pour ses anciennes salines dont il semble ne plus rien rester comme vestiges !  Un nom chantant, mélodieux, qui abandonnerait  ses découvreurs à la rêverie et à la douceur  des Îles sous le vent que les brises bercent toujours  en chantonnant près des ruines et les thermes romains...

Nous aurions aussi connu  Ciantarilla,  il y a près  de 50 ans ... Sans oublier,  a Rundinara,  Sta Giulia, plus au nord, et,  bien sûr, le vaste golfe de Porto Vecchio, -  "  Porti Vechju " -. Laissez-nous vous dire le désastre écologique et  paysager perpétré sur ces Lieux d'antiques splendeurs, uniques, au niveau des rivages  désormais sur-urbanisés !

 

CIANTARILLA

Un véritable lagon aux  camaïeux ultramarins, un cordon lagunaire, des berges  aujourd'hui floués, bafoués, défigurés, salis, que maints barraquements occupent en  envahissant ce qu'il  pourrait rester de plage, de sablon, de dunes et de rives  naturelles ! La nature là-bas se voit ôter ses capacités à recouvrer son vrai et jeune visage ...

Une  totale défiguration de ces lieux antan  si beaux et  si caractéristiques des rivages du Grand-Sud  de l'Île de Corse. N'oublions pas de mentionner les centaines de bateaux de plaisance qui au mouillage, encombrent et travestissent ce havre de paix, sans aucune limites  apparentes.

Il est encore temps de poser sur la table le vaste problème de la cohabitation  des Paysages et de l'Activité économique et touristique ; discuter, concevoir, envisager des projets qui remettent en valeur  et en l'état d'origine  les lieux, avec toutes les dispositions compensatoires dont l'état et les collectivités se doivent de mettre en oeuvre  immédiatement  afin de parvenir à la totale  Réhabilitation de ce joyau, de cet écrin naturel ; les vues d'avion, c'est bien, mais le regard au niveau de la mer et in Situ : NUL et horrible.

Des mesures, des solutions, des aides et des financements : tout cela existe et relève du politique, mais églement de la popoulation ; en effet, comment accepter, se faire à l'image moderne de cette destination emblématique, symbolique de l'île de Corse, n'ayant son équivalent qu'à l'extrême pointe du Cap Corse, un immense domaine  parfaitement protégé et maintenu dans l'état originel que nous lui connaissons ? 

Mais CIANTARILLA continue de péricliter d'un point de vue environnemental au diapason des profits qu'elle dégage ! Quelle ingratitude envers une Nature généreuse dont on pille et on enlaidit  les rivages à un point tel que cela en devient révoltant ! 

Routes sales, encombrées de détritus jettés, barraquements accôtés aux dépots d'ordures. Sur la plage, pontons comblés de bateaux à quai, corps-morts qui envahissent le plan d'eau, béton indésirable sur les rochers et rognant  le sable, donc le patrimoine commun littoral, accés fermés ou alors réduits à la portion congrue, parking déformant le paysage, ponton et  infrastructure interdisant toute une plage,  voici le triste sort de ce coin du bout du monde dont nous observons et notons, années après années la destruction et la maimise totale : ce n'est pas acceptable ! 

Ghjorghju d'OTA 

Pour 

CORSICA...GO56