LE_VISAGE_DE_PEIRRE_

 « À la mer, ô myste!  » 

 

Sous le vent de hauts  blocs grenus,  les bourrasques ont creusé  la roche mordorée. Révolins et tourbillons peuplent  le rivage de sentinelles ; fresques  intemporelles ! Les mystes de la mer sont là et guident une galère ...

Kaléidoscope minéral d'où surgit, subreptice, tantôt un regard figé,  tantôt un sourire dantesque.

Un tout habité,  rivé aux larmes de l'amer tout proche, un phare  qui désormais s'esseule, depuis  que les mondes sont Monde de raison et de rigueur implacables.

Une aile survole la foule des rivages, multitude dévallée des montagnes. On ouït plus désormais que le tumulte de l' immémorial figement des cimes crucifiées !

Ô linéaments, sur le ciel,  découpés !  sur la mer,  à jamais esquissés,  telle l'ébauche d'une épure. Que dire d'autre, comment d'écrire l'indicible qui  pousse et précipite la prose dithyrambique au seuil du néant et de l'oubli.

Va, poétereau, écrivailleur ! lâche-toi, cela fait du bien. Ravive et porte un peu le chant  muet  de la mémoire des îles.

MARIN - Terre d'Ex-ÎLe -

2ème Ecriture.

3 ème Ecriture en cours