HIVER_INSULAIRE_

 

SUR LES AILES DU VENT

 


Sur les ailes du vent
prend ton envol
Marin
hâtes-toi
L'eau est profonde
et le temps pressé
quand par-delà la folle  bringue
des vagues
tu côtoies la seule vérité qui vaille

Cette poésie ne souffre plus
D'entre l'exercice de style
et l'aisance bien née 
tu ne saurais choisir
Je le sais
peu te chaut de combler
de ravir
le bien pensant des cercles avisés 

Rejoignons là-bas  l'écrin
que nous aurions refermé  trop tôt
L'âme des conteurs
muse   Le désir des roses éclot
en  attendant  un  petit Prince
Mourir c'est un peu revenir
en enfance espérer à chaque fois
tout recommencer
comme on attrape en août une pluie d'étoiles

§ 

MARIN -  Délire -