l_epave_d_une_voiture_dont_le_conducteur_est_porte_disparu_est_prise_dans_le_courant_d_une_riviere_lors_d_inondations_a_biguglia_au_sud_de_bastia_le_17_mars_2015_en_corse_5302873

 

LE LIEN

http://www.maritima.info/afp/10/chaleur-inedite-sur-l-arctique-en-plein-cercle-vicieux-.html

 

Il faut voir dans le Type de MEDICANE, de TALWEG D'ALTITUDE  qui touche l'Île de Corse mais aussi le Grand Sud de la France, les conséquences d'un DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE  ! Le réchauffement ne serait  plus que de l'histoire ancienne dont  les  Climato-sceptiques auront bel et  bien étouffé les causes et les potentielles menaces ...

On peut espérer que les ÉLUS  et tous les Responsables investis dans la gestion du territoire, les services d'ingénierie et les " hommes de terrains scientifiques " prendront la mesure de l'ampleur des dégâts  et des menaces qui pèsent désormais sur notre cadre de vie.

S'il faut  lutter contre les catastrophes naturelles, cela passe d'une part par la prévision  de ces risques majeurs avérés  mais aussi en amont, par une reconsidération des causes de ces catastrophes qui deviendront de plus en plus dévastatrices, nombreuses, en perpétuelles juxtaposition.

Mais un point pégnant, important, salutaire sera inévitablement d'amoindrir les effets de ces phénomènes Météo d'une intensité jamais égalée ! On  le sait et on le tait, c'est de bonne guerre. Les moyens à mettre en oeuvre seraient aujourd'hui trop coûteux ; on saupoudre là pour  tout lâcher ailleurs. Or la Nature reprend ses droits, l'homme n'y pourra plus rien, parvenu  à un stade de destruction massive à son encontre, en définitive une situation d'extrêmes faiblesses face au titanesque.

Mais que faisaient nos ANCIENS, en CORSE et AILLEURS ? 

Ils s'occupaient de tous les cours d'eau des vallées, de la plaine, de moyenne montagne. Ils n'érigeait pas de barrages,  laissaient à tous les cours d'eau  le libre accès à la Mer et aux Lagunes. Ils veillaient surtout aux confluences, évitant bien évidemment les zones inondables ...

Rares étaient les débordements des lits naturels, l'eau fluait vers les rivages. De nos jours, l'Urbanisme sauvage, mal pensé, anarchique  exacerbe les effets des crues et la soudaineté des épisodes de  débordements généralisés, incontrôlables, dévastateurs. Ce n'est qu'un début ! Tant que l'aménagement du territoire, les ressources naturelles de notre île ne seront pas pris en considération, exploitées  à travers une vision globale et systémique du problème, nous irons toutes les fois vers plus de catastrophes et de destructions,  urbaines notamment.

Que chaque comune songe à repenser totalement le concept d'Environnement, de Cadre de vie, en fonction de la nouvelle donne climatique, de l'invasion du béton et des structures commerciales tentaculaires  qui sont autant d'obstales potentiels, de chicanes dangereuses, etc ! Que géologues et Hydrographes se penchent sur toutes les questions relatives à l'aménagement, à la préservation du Territoire Insulaire,  du littoral, des rivages aux plus hauts villages de nos montagnes : 

Il est grand temps de remettre  en l'état  nos campagnes, les zones péri-urbaines et les agglomérations, selon les principes élémentaires de l'écoulement général et particulier des eaux en relief très accidenté ! C'est d'une évidence ... Mais non ! On bâtit, partout, contre les cours d'eau, à côté des cours d'eau .

L'Aménagement du Territoire se conçoit et se pense à l'aune des priorités naturelles, des exigences géographiques d'un environement qui décuple les effets de la mauvais météo, de l'érosion, de l'encombrement actuel et quasi total de tous les cours d'eau, aussi petit soient-ils !  Nous l'aurions sur cet Espace déjà signalé et suggéré... Mais les censures dont nous faisons l'objet étouffent nos écrits !!! 

Nous en reparlerons encore et encore. L'homme ne pourra rien contre le déchaînement des éléments naturels, qu'il se le dise une fois pour toute 

CORSICA...GO56