sisco_01_1

Nettoyer un cours d'eau, ne pas bâtir contre, lui associer d'autres veines et dérivés  capables de drainer les surplus des crues ! Voilà ce qu'entreprennaient  régulièrement nos anciens !  Ils étaient sages et ne défiguraient, ne bouleversaient  rien, comme sur ce cliché qui reproduit ce qui se fait partout, hélas ! sans études d'impacts... Les Anciens composaient et vivaient en harmonie avec leur milieu.

Quant  aux espaces touchés du domaine agricole et viticole, ils doivent également faire l'objet, de la part de toutes les collectivités et à tous les niveaux,  d'une attention et d'aménagements circonstanciés qui éviteraient  et détourneraient  les crues dévastatrices, tant de pertes.

Les données du dérèglement climatiques sont là, qui pèsent, s'imposent, frappent, iront s'intensifiant. Il nous appartient non de les affronter mais de  composer en sollicitant les acquis ancestraux, les ressources du terrain, les orientations raisonnables et préventives  seyant à toute implantation de structures. Paysages et Aménagement du Territoire sont plus que jamais indissociables

...

Toutes les zones impactées,  aménagées par l'homme ne sont plus que dévastations, amas informes de détritus accumulés et entassées. Depuis des décennies, c'est le même constat qui prend des proportions alarmantes ! Tout concours au chaos des crues, aux pollutions majeures, à toute formes  d'encombrements que la montée des eaux déplace et coince, qui obstrue ce que l'on ne voit plus, pris dans les ronciers et les fouillis de l'abandon ! Les barrages ne jugulent rien et inondent bien plus qu'avant  le bas des vallées, les embouchures urbanisées, les cours d'eau jadis magnifiques qui ne sont plus qu'entrepots immondes, propriétés envahies de monstres. Des dizaines de lotissements sont sous les eaux, certains construits plus bas que le niveau de la mer ou jouxtant un cours d'eau, un marécage. 

ÉLUS 

Allons-nous voir et revoir systématiquement les mêmes images, autant et plus de dévastations, à chaque épisode Méditerranéen  qui vient frapper notre île au mêmes périodes  ? Des phénomènes qui vont  irrévocablement gagner en intensité, ampleur, étendue !  

Et s'il convient de partager le désarroi et la détresse de celles et ceux qui perdent tout en pareilles circonstances, cela ne doit pas masquer les manquements très graves que laissent peser un aménagement du Territoire et des Collectivités désastreux, inexistant, bâclé. Les Alertes Météo ne changeront rien, vous le savez ; elles évitent le pire en prévenant à temps les populations.

Que Géologues, Hydrologues, Ingénieurs du génie civil, Architectes et Paysagistes se penchent désormais sur le vaste problème que représente  tout aménagement judicieux et opportun qui s'impose quant à la régulation et à la canalisation  des forces et de l'énergie que libèrent  les éléments naturels ... Nous sommes entrés dans une ère de surprises, de catastrophes naturelles sans précédent. Le climato-sceptiscisme est un " suicide " collectif !

ÉLUS

Il faut que vous sachiez que l'on ne lutte pas avec les Marées de Tempêtes, les Crues, le Dénivelé très important et prégnant  que nous connaissons sur notre Île, les Vents et les Précipitations torrentielles qui s'abattent en quelques heures, les charrois de nos torrents qui portent vers les plaines des millions de tonnes de bois mort ! Plus encore

 ÉLUS 

On ne laisse pas construire et occuper à tout va des zones inondables, des portions littorales sensibles et surtout protectrices naturellement : 

On n'aménage et on  occupe pas  le domaine péri-urbain sans  respecter et observer des règles drastiques  relatives aux écoulements des  eaux, fussent-elles démentielles, issues des fortes  crues !

Il y a un travail de réhabilitation de tous les cours d'eau et rus qui vont vers la mer, traversent les villages. Un nettoyage systématique des portions sises en plaines ou proches des villages, des lotissements, des zones industrielles, des chaussées s'impose, annuellement.

Théorie des vases communiquants, drainage des terres, libre-cours à la mer, plan général d'adduction, de convoyage des eaux capable de canaliser  toute montée. Si l'eau ne peut suivre le cours de son  lit, elle déborde, anarchique, ravageant tout sur son passage !  Les Romains l'appliquaient déjà ...

Spectacle désastreux, pérenne, un déjà vu insupportable et exaspérant que l'information relaie sans qu'il n'y soit apporté de réels remèdes ! Où sommes - nous, que deviennent les deniers publiques, prend t -on à leur juste dimension les dégâts catastrophiques causés par deux fois en quelques jours tout autour de notre Île. Combien d'épisodes de fortes pluies ? 14, affirme t-on pour 2016 ! 

ÉLUS 

Allez-vous encore laisser modifier, dénaturer, bouleverser les traits de côtes  de nos rivages, contraignant et causant des réactions en chaînes destructrices au niveau des berges, du littoral, des zones lacustres inondables ? Que savez-vous des mouvements de l'eau, en situations de sur-cote de Marées de Tempêtes ? Quels effets engendrent vos digues dérisoires , tout barrage en amont sur les courants, notamment aux embouchures des fleuves en crues ? 

Quelle part accorder à l'Environnement, à l'Aménagement d'un territoire dont toutes les facettes, les spécificités, les caractéristiques physiques et climatiques doivent être impérativement prises en compte et inter-connectées afin d'aménager le territoire avec  prudence, circonspection, prévention éclairée...

ÉLUS

Prenez désormais la mesure des phénomènes qui surviennent et dépassent de très loin nos raisons et nos intérêts ; le combat est depuis longtemps inégal :  ne luttez pas contre la Nature, ne cherchez pas à apprivoiser le cours d'eau des hautes montagnes, à négliger les rus insignifiants. Partout, faites-en vos alliés, en regagnant le vrai visage de la mer, de nos plaines, le vaste jardin de nos ancêtres

!

Ghjorghju d' OTA 

Pour CORSICA...GO56

 

7039031

Quoique l'on fasse, d'ici à une dizaine d'années, il faudra reculer, la mer passera au-delà ; les marées de tempête prennent des proportions inégalées.