planetOcean_movie_Large_1600x900

Préciosités que toutes les manifestations de la vie marine, océanique et terrestre. Les dirigeants de ce Monde ont -ils pris réellement la mesure de la fuite en avant qu'ils managent  aveuglément, contre tous les Mondes d'antan et d'aujourd'hui ? Une espèce décimée, menacée d'extinction signe à chaque fois l'échec de la Civilisation. Nous reviendrons, avec Home et Terra sur les menées des puissants promptes et enclines à tout dévaster sous l'égide de la cupidité, de la dominance, de la mégalomanie

!

 

YANN ARTHUS BERTRAND  / ARMAND AMAR 

UN DUO 

POUR  PLANÈTE OCÉAN 

 

Des images pour une planète merveilleuse mais en réel en sursis.  Plusieurs films lui auront été consacrés, avec amour et solennité, depuis des décennies, depuis la Sagesse des hommes respectueux de la vie.

Oui ! Planète Océan, sources de vies innombrables et  étonnantes, fruits des noces de la Terre et de la Mer que les dieux et les titans ouvragent indéfiniment sous nos yeux toujours émerveillés... Autant de thèmes que nous aurions évoqués depuis  plus de 10 années déjà, en insistant, avec force poésies, récits, réflexions, articles de fond, actualités, cris d'alarmes et colères aussi !

Et puis une Musique, une musique tantôt radieuse, tantôt bouleversante et belle à la fois qui nous émeut et  qui nous sacre humanité, visage, regard, conscience qui se doit d'être de plus en plus éclairée, responsable, partie prenante de l'évolution mais plus encore des terribles bouleversements  que la civilisation fait peser sur le cours du temps, depuis un peu plus de deux siècles, avec une acuité  accrue à  la  puissance exponentielle.

Bien sûr, on peut regarder ce film sur grand écran et en Full HD ! ... Gageure, serait-on tenté de penser quand en effet les images 4 K, l'image  Blu ray délivre sur l'écran, le planar à cristaux liquides une image plus belle que nature !... Un comble, à l'heure où justement, Océan se charge de déchets, de pluies contaminées et acides, d'éléments hautement radioactifs,  de végétaux  toxiques mutant et  gravement prolifiques, des résidus de l'industrie pétrochimique et des engrais.

Les films de Yan Arthus-Bertrand rendent compte de façon simultanée et concomitante des richesses prodigieuses de la mer, des océans, des systèmes présidant aux grands équilibres planétaires thermo-dynamiques et atmosphériques mais aussi des menaces qui pèsent sur un état des lieux fortement impacté.  Des films forts, argumentés, de circonstances et plus que jamais voués, adressés à l'attention des grands décideurs, des politiques de tout horizons.

Un film documentaire  consacré à la beauté, aux raretés de la diversité qui se développe sur terre ne témoignerait pas de manière aussi prégnante s'ils ne leur étaient  associées les  connaissances  fondamentales que les commentaires délivrent à travers ces reportages à vocations  humanitaire et éthique, en insistant, obstinément répétés.

L'homme vient de l'Océan, c'est un fait qui fait de l'eau sur terre le principe vital élémentaire et tutélaire, à tous les niveaux des maillons de la vie aérienne et marine, de tout autres interfaces. En ce sens, L'Océan  s'impose comme vérité et loi  fondamentale, irréfragable. Tous les efforts des humains doivent converger pour l'épargner, le protéger, le préserver, adopter vis à vis de ses ressources sobriété et mesure, attention et précaution drastique.

Alors que la démographie fuse vers les 10 Milliards d'êtres humains, l'heure n'est plus au constat mais à l'action urgente, dans une époque devenue déjà sursitaire où les humains contractent une dette annuelle de plus en plus forte vis à vis du capital-ressources planétaires.

C'est non seulement une évidence mais plus encore, un verdict sur lequel personne ne peut revenir ou faire appel d'un procès salutaire...

Des millers de cétacés s'échouent de par le monde ! Des espèces animales et végétales, par myriades,  meurent on ne sait pourquoi  et jonchent les rivages, les berges des fleuves tandis que la chasse et la pêche déciment toujours plus.

On affirme que l'Océan s'acidifie, périclite lentement lorsqu'on ne le souille pas  avec force et quantité de brut déversé lors des naufrages, des forages Off Shore et autres prélèvements pétroliers jouxtant les grands fleuves de l'Amazonie.

Nous ne savons et ne voyons que la portion infime des dégâts et forfaitures perpétrés par les hommes et le gigantesque chantier planétaire jamais achevé, en cours de destruction massive, de prélèvements sans limites ni frontières qui ne garantit plus la sauvegarde d'un patrimoine meenacé de disparition, d'extinction ! 

Où allons-nous, pourquoi cet écart à la sagesse, cette OPA de la raison positiviste et scientiste exacerbée, sachant que le sursis, le transit sur terre s'amenuise chaque jour.

Les prédations, l'impact causé par l'industrie planétaire dans le monde entier  fragilise, condamne de manière irréversible les grands équilibres biologiques   océaniques mais aussi la chaîne alimentaire dans son ensemble.

Et de ne jamais oublier que l'Océan, les Mers, les Océans sont avec les Terres, les Masses d'air profondément et  intimement liés. Un seul ravage perpétré à l'encontre de l'un des trois éléments constitutifs de la vie et c'est le cataclysme à terme qui ravagera et emportera la vie sans que nous ne puissions rien faire ou rattraper

!