DSC01223

 

Lorsque nous posons une Photo du mois, ce n'est jamais sans un message qui l'accompagne. Une photo certes et, toujours anodine.

Là, une ganivelle en bois de châtaignier, un parterre spontané de fleurs littorales, le  couvert de la dune préservée qui tente de survivre malgré les péripéties climatiques et hivernales. Les bouquets d'oyats et les joncs se partagent juste derrière une immense marre d'eau   temporaire où batifolent tant d'oiseaux limicoles, une vie qui foisonnent, rare, éphémère et pérenne à la fois...

Mais au-delà, ailleurs, partout vers les plages que l'on dit aseptisées, artificialisées, récurées  outrageusement comme l'on userait avec abus de fards,  l'authentique, l'originel, le merveilleux  sablon a déjà  disparu ! Au coeur des mondes urbanisés et civilisés, appropriés, méprisés,  cette image  vaut déjà de l'or pour celles et ceux qui ne supportent plus l'OPA sur la Nature malmenée et ses joyaux.

Une photo qui voudrait défier, s'interposer, refuser le diktat des aménagements lucratifs destructeurs  des grandes compositions de  la terre et de la mer, des saisons, des tempêtes et du renouveau annuel qui opèrent comme par magie !

ÉLUS 

 

Nous assisterons de plus en plus  attristés aux saccages des bulldozers, des engins qui  raclent et aplanissent le sable sur de grandes étendues ; en amont, le parking, le bitume, le tuf trônent ; sur ce qu'il reste de la plage qui s'amincit  chaque saison, du cordon sablonneux, on attend les mégots, les détritus, les graisses et les huiles à bronzer qui finiront de lustrer le grain de silice devenu stérile. Les parkings à voitures rognent nos terres et nos plages ; il ne restera bientôt un mince filet, prenez garde ! 

Questions de choix essentiels,  de stratégies  électoralistes, de mondialisation de l'idée de Nature qui va générant  les plus gros profits ! Après tout, qu'importe l'impact environnemental quand résonne et tinte le tiroir caisse.

Gjhorghju d'OTA 

Pour 

CORSICA...GO56

 

ZONE_HUMIDE_ET_MARE_TEMPORAIRE_