DSC06158

 

Alors qu'il tombe de plus en plus souvent  des trombes et des déluges en quelques heures, la séchéresse s'installe quant à elle  pour  durer, en des jours  et des périodes habituellement très arrosés.

Ainsi, restons-nous durant des semaines sans pluie. Sur le Continent, des régions de France sont déjà dans le rouge ! L'eau viendra à manquer bientôt, partout, de plus en plus polluée et ne suffira plus à  satisfaire les besoins croissants de l'économie et de l'industrie, où que nous soyons.

Quant  aux politiques irresponsables de l'eau menées dans les départements, notamment en Corse, nous verrons à quel point la solution des Barrages hydro-électriques révélera  de  limites... Nous commencerons bientôt à manquer réellement d'eau, avec ces lots de privations drastiques et bien entendu, leurs  corollaires financiers  habituels sous formes de taxes prélevées sur les revenus des ménages...  

Combien de cours d'eau compte l'Île de Corse, combien de M3 d'eau  sont dès lors perdus en mer durant  des semaines de  pluies, lorsque les barrages sont pleins et procèdent à des lâchers dantesques : des centaines de Millions de M3 si ce ne sont pas 1 ou 2 milliards,  suivant les années.

Mais si le cycle naturel  de l'eau venait à privilégier, à installer et à répéter  les épisodes méditerranéens saisonniers aux dépens d'une pluviométrie régulière et étalée dans le temps et la durée, comme avant, nous connaîtrions alors une situation très critique ! Car une fois les barrages à sec ou presque, où et comment reconstituer les réserves tout autour de l'Île, de l'intérieur vers le littoral ? 

Le Réchauffement Climatique, les dérèglements connexes engendrent une situation  très grave et tout aussi complexe. L'afflux massif et saisonnier de populations sujettes aux pratiques de loisirs et de détentes ne fera qu'aggraver un contexte devenu préoccupant.

Nous sommes au mois d'Avril ! Mars n'aura pas été  pourvu en eau, Avril  s'empêtre dans une configuration Météorologique indéfinissable, sans précipitation, malgré le passage de perturbations peu actives. Les années passent et ne se ressemblent  plus ; les saisons n'ont désormais plus que le nom qui  les distingue, du moins pour le printemps, l'été, l'automne. Nous assistons à une raréfaction des  jours de pluie. Tout cela  est inquiétant.

Enfin, notons que l'Île de Corse affiche encore une marge relative de " confort " en eau ! Oui, mais jusqu'à quand ? Avons-nous pris la mesure des enjeux à court et moyen terme, avons-nous pensé à stocker davantage d'eau et, cela,  de manière plus disséminée, moins massive, opportune, en des endroits où serait possible et opérationnelle toute entraide suivant les Micro-Régions.

Avons-nous posé les vrais problèmes qui,  du respect de l'environnement à la prévention et à l'économie, fasse que nous nous mettions à l'abri de toute période de sécheresse, aussi longue soit-elle ? Des villes aux campagnes, il est impérieux d'édifier et de concevoir, de protéger la plus précieuse des mannes : L'EAU, depuis nos montagnes, vers nos cités et nos vallées et leurs villages, pour plus d'écologie et d'aisance, des jours meilleurs, surtout en été et en automne.

 

L'EAU C'EST LA VIE 

CORSICA...GO56

 

DSC05749

 

.

 

Splendide mare temporaire - Rivage Lacustre, Sud de Corse  et Zone de protection renforcée, heureusement !  Mais toutes les mares sont à ce jour à sec, point de vie ni de chants d'oiseaux, point de reflets où les ciels se confondent et rivalisent de beautés et de transparences. Attention, Élus, prenez la mesure des richesses  inestimables de cette Île. Il est encore temps de tout redéfinir, préserver, tout en se développant de façon durable, intelligente, propre et respectueuse de la

NATURE