DSC09820

Surfers dans l'âme et amoureux des vagues  apprécieront très certainement cette évocation ! Lumineuse poésie, sans Toi, que serions-nous ?... Allons, toujours plus loin, à l'intime de l'eau sublimée parfaire songes et rêves.
.
.
"  C'est elle, vous la connaissez sur les longues plages de l'océan ; ( la Méditerranée, en dépit de son sel et de son étendue, a les mêmes humeurs, mais pas du tout le même tempérament ). - La puissante respiration de la houle du large vient expirer sur le sable, immobile l'instant d'avant, qui redevient lui-même comme un poumon après chaque poussée.
 La lame accourt en se gonflant, s'aiguise sur sa crête, se verse et puis déferle en s'étalant avec le bruissement un peu froissé d'un long soupir, doux et léger, qu'on perçoit cependant déjà dans l'encore du grand fracas de l’eau cognant sur le rivage.
Un éventail qui s'ouvre en captant le soleil, une main qui caresse, le coup preste de la baguette d'une fée qui maintient un instant, lisse et fine, la pellicule d'eau comme un miroir vivant, étiré à l'extrême, transparent au plus haut de la pente conquise. - Et là, dans le moment d’hésitation du ressac suspendu, beaucoup plus faible mais triomphant déjà de la faiblesse de la force lorsque tout bouge encore, naît et se met à courir la vague transversale, presque terrestre, qui semble balayer, ramasser, cueillir la mer épanouie, régner sur elle, rejeu du jeu, la dominer elle qui ne vient de nulle part et que n'appuie aucun passé, la minuscule, l'éphémère - visible à peine sur le fil de son relief, juste comme un frisson, mais tout à coup unique et seule et tout à coup puissante assez pour repousser le puissant océan toujours inexplicable, oui, pour le reconduire en toute modestie et souverainement, le ramener à ses profondeurs."
Armel GUERNE
Le Poids vivant de la Parole, Solaire, 1983

DSC05714