ESCALE_

 

 

 

Quels maux    quel animal
en moi
eurent dès lors  retrouvé
le Message
Au-delà de la raison
nûment  au coeur d'une  pensée nue
convolons 

Divaguons un peu   
l'autel de la mer
participe du grand Tout
duquel revenir
toutes les fois
unitivement
Et je me pose
comme on loue  serein  le croissant de lune vespéral

Fouler le rivage
l'onde  le désert et ses ombres  
allant par les silences immaculés de l'azur
N'est-ce pas s'inviter
aux noces de la terre et de l'océan 

Unique empreinte
 présence ultime  de qui prend le large
ou s'en va  de passage sur le sable mordoré 
sans nombre
et sans voix

L'instant des siècles et des étoiles
m'appartient
irradie
un choeur de saisons
révéré

Insolite témoin
je vécus
l'expression tangible
d'une escale
de ce penser fasciné      abandonné sur la grève
d'où  flue l'essence migratoire de l'âme

Quelle escale
car je suis de l'harmonie et de l'écho sans fin
en vol    un peu plus près du Ciel
La longue route aura  ainsi pris naissance
à la Source pérégrine   de  toute  quiétude 

§ 

MARIN - De Passage - 

1 ère  Écriture avant que de voir le bout du