DSC06458__1_

Échasses Blanches  / Testa  / Images " EMMILA " 

Pour 

Corsica...Go56

 

L'horizon est plat. Et pourtant, le vent souffle fort. Il tire au large, semble aplanir une mer agitée, hérissée, croisée. La progression rudoie, le cap oscille, la vitesse heurtée  souffre de ces creux subreptices qui  surgissent un peu  partout. L'air chargé d'embruns ne dévoile plus les transparences et les clartés habituelles d'un épisode de Mistral. Quant aux vagues, près des rochers auréolés d'écume pétillante, elles parfont leur moire satinée. Éblouissants, les  camaïeux virent au  bleu-roi,  au vert-jade constellé de veines de silice. La grande pointe s'offre au large, aux profondeurs, aux nombreux brisants qui jalonnent l'immense domaine des Roches Noires. 

En ces lieux de totale quiétude,  recourir aux prismes artificiels, aux verres polarisant le réel serait un accroc fait  à l'encontre des  dons lumineux de la Nature  en beauté, d'une Nature que les éléments exaltent à l'infini. Rassurez-vous, nous ne saurions user de filtres ou de tout autres procédés susceptibles de métamorphoser nos images, nos photographies, de rompre à toute harmonie originelle ; non, car comment et au nom de qui oserions - nous travestir, exacerber ce que la Nature  compose depuis des millions d'années ? Elle demeure, souveraine, tutélaire, grande ordonnatrice après le mystère de la Création d'un ordre imprescriptible et  aux tours secrets ;  néguentropie fragile dont nous saisissons à chaque instant les subtils équilibres, les féeriques compositions dont la vie se nourrit et se régénère.

En ce fabuleux théâtre à ciels ouverts,  au terme de la vaste migration du peuple des oiseaux, d'un ballet éthéré, les pèlerins de l'azur  s'invitent, de passage, nous reviennent et font escale sur une Île précieuse qui recèle autant de rivages lacustres que d'espaces ravissant  dès le printemps les charmes et les douceurs   de  l'Afrique lointaine.

Ils nous arrivent de si loin, fins navigateurs, craintifs et cauteleux, puis apparaissent au détour d'un îlot, en survolant les flots, par petits groupes resserrés. Certains vont  solitaires et se rencontrent. Étrange bonheur que la  proximité hasardeuse suscite parfois, que  le partage improbable  engendre si près des brisants affolés, à l'intime d'une petite anse rocheuse ou d'un sablon de fortune, éphémère.

Un jour, une échappée  belle  qui fut telle une révélation. Les oiseaux volaient, découvraient, éprouvaient les frimas tenaces d'un printemps  frondeur ! Alors, nous aurons été résolument des noces de la mer hivernale  et de la terre merveilleusement bouquetière.

Depuis la lourde  résonance des vagues et des rouleaux, par  le filigrane bruissant de  leurs voiles évanescentes, de vallons ondés en crêtes écumeuses, jouant  dans le sillage, une présence à nulle autre pareille me convainc de l'éminence, de l'imminence, de l'immanence, de la transcendance et de l'essence d'un couple éternel :

 Amour  Liberté

!

  A  SUIVRE   DES DEMAIN   / LA SESSION  DE  ??? , notre dernier  "  VISITEUR "   qui nous vient des montagnes 

 

DSC06460

Essaim Échasses Blanches  / Image " Emmila "  / Testa

 

DSC06408

Col-Vert en vol dans le ciel de vintilegna 

DSC06414__1_

C'est  une histoire, un conte ! " AKIE  " et " ANGE-PUFFIN "  se rencontrent, toutes les fois ; ce noble Migrateur, solitaire, apparaît, sourd des flots et danse sur les Ciels denses avec son Ami ! C'est aussi cela, l'essence de l'Extrême, ce  dialogue sans paroles, aux confins de la gestuelle,  que nous compenons sans fin, depuis toujours